Entendre

mercredi 7 septembre 2011

Tchernobyl et algues vertes


Il y a longtemps qu’on s’en doutait : maintenant on en est sûrs ! Les algues vertes ne sont pas bonnes. Cet été, trente-six sangliers sont morts en allant trottiner sur les plages bretonnes, au milieu les algues vertes. Aujourd’hui, de vrais scientifiques affirment que le H2S que dégage la décomposition de ces algues est aussi dangereux pour l’homme que pour les sangliers.

Le scientifique « petit Nicolas » avait, lui, affirmé que « l’environnement, ça suffit comme ça », et qu’il fallait aussi laisser les agriculteurs et cochoniculteurs travailler, même salement. On cherche ses voix où on peut, mais je ne suis pas sûr que les agriculteurs bretons pèsent autant électoralement que les familles qui vont se baigner sur les plages de Bretagne.

Enfin, on verra dans quelques mois…

Ce qui nous manque, dans le domaine des algues vertes, c’est un professeur Pierre Pellerin qui affirmerait avec conviction que le nuage des algues vertes n’a pas pu pénétrer les frontières de la France, et que de toute façon, ce qui est passé n’a eu aucune conséquence parce que c’était négligeable, et que, même s’il y a maintenant des malades, on ne peut pas faire de relation causale parce que c’était il y a très longtemps, et ils peuvent avoir attrapé leur maladie n’importe où et n’importe comment.

Il suffit de le dire avec assurance !

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :