Entendre

mardi 31 mai 2011

À Fukushima, tout n’est pas fini…

Filed under: Politique, Science, Société — Étiquettes : , , , , , , , , — Jean-Luc @ 16:48


Il va bien falloir en reparler !
Il y a déjà trois semaines que Tepco a avoué timidement que la cuve du réacteur no 1 de Fukushima était percée en plusieurs endroits par le combustible fondu.
Tellement timidement que pratiquement personne n’a entendu, et personne n’en parle.

Pourtant, une cuve percée après fusion du cœur, c’est pas rien !
Three Mile Island, c’était un cœur partiellement fondu dans une cuve qui avait tenu le coup.

Fukushima, c’est une fusion totale du cœur dans une cuve percée, et deux autres cœurs fondus au moins partiellement (réacteurs n° 2 et 3).

Ils sont tellement embêtés, à Fukushima (la ville), qu’ils ont (d’après un article du Monde d’hier) relevé la dose d’irradiation admissible pour la population « civile » de 1 à 20 mSv par an.

Ils font comme ça les divins spécialistes du nucléaire : ils définissent des doses admissibles, mais si ça fuit tellement que les doses sont dépassées, ils relèvent les seuils admissibles. Comme ça, ils sont tranquilles.
En France, la dose admissible pour le public est de 1 mSv par an (code de la santé publique, Article R1333-8). Notez-la bien. Parce qu’au premier problème rencontré sur nos centrales, ils relèveront ce seuil à 10 ou 20 mSv par an, sans aucun état d’âme.

Mais, bon… Il va falloir attendre que la panique provoquée par DSK et Tron se tasse un peu pour que nos journalistes consentent à changer de sujet.
D’autant que Luc Ferry a encore des révélations à faire

La vie sexuelle de nos gouvernants est quand même vachement plus importante que les catastrophes nucléaires que le Japon nous prépare.

En tout cas, ça intéresse plus les lecteurs.

Publicités

samedi 16 avril 2011

Contamination

Filed under: Economie, Science, Société — Étiquettes : , , , , , , , — Jean-Luc @ 22:09


Plus d’un mois après la catastrophe de Fukushima, Tepco, l’opérateur de la centrale (leur EdF à eux, si l’on veut) a accepté d’offrir une indemnisation aux familles obligées de fuir la zone contaminée par les fuites de la centrale, ou susceptible de l’être. Ces gens ont abandonné leur maison (si le séisme et le tsunami ne l’avaient pas détruite) et sont partis au hasard des routes vers un accueil improbable. L’exode de 1940 en 2011, par la faute d’ingénieurs incapables.

Tepco n’a pas lésiné : 8 300 € par foyer. Ils estiment que cela devrait compenser la maison perdue, le travail perdu, la voiture perdue, les inconvénients des contaminations éventuelles, et les cancers à venir.

Mais Tepco refuse d’indemniser les pêcheurs dont le travail est devenu impossible en raison de la contamination de la mer et de tout ce qu’elle contient.

Motif : ce n’est pas eux qui ont décidé l’interdiction de pêcher et de vendre le poisson contaminé, mais le gouvernement.

On devrait obliger le PDG de Tepco à bouffer les poissons contaminés pêchés dans le coin…

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :