Entendre

mardi 14 décembre 2010

Le flashball tue

Filed under: Science, Société, Violence — Étiquettes : , , , , , — Jean-Luc @ 0:10


Qu’on arrête de dire n’importe quoi !

J’ai entendu un sous-fifre d’un quelconque sous-secrétaire de je ne sais quel sous-préfet déclarer à la télé que le flashball était une arme « non-létale ».

Soyons clair : « létal » signifie « qui provoque la mort » (Petit Robert). Un homme vient de mourir à Marseille après avoir été victime d’un tir de flashball. Le flashball est donc une arme qui tue, c’est-à-dire une arme létale.

Libération recense dix cas de victimes de flashball depuis cinq ans, pour l’essentiel des gens qui ont perdu un œil. Le nouvel obs récapitule aussi ces « graves blessures ». Soulignons que la Direction centrale de la sécurité publique avait pourtant rappelé, en mai 2009, l’interdiction de viser « au niveau du visage ou de la tête ». On se demande comment les flics arrivent à atteindre un œil quand ils visent les jambes. Sauf à supposer qu’ils tirent comme des pieds.

Aujourd’hui, donc, on sait que le flashball est une arme létale au même titre que le revolver 357 magnum.

Le flashball tue.
C’est si vrai que sur le site du fabricant lui-même (non, je ne vous donnerai pas l’adresse) ils ne disent pas « arme non-létale », mais « arme à létalité atténuée ». Ce qui veut  probablement dire qu’elle ne tue « qu’un petit peu », ou qu’elle ne tue pas « à tous les coups »…

Non, certes, le flashball ne tue pas à tous les coups, mais le revolver 357 magnum non plus.

Il convient donc d’interdire le flashball, au moins dans les rues de nos villes. Que des soldats les utilisent dans les pays en guerre, pourquoi pas ? La guerre est faite pour tuer les gens. Mais, que je sache, la France n’est pas en guerre.

Si ?
Non.

En tout cas pas à Marseille.

Le flashball tue.

Et le Taser, alors ?

mercredi 21 octobre 2009

Taser s’essaie à la science

Filed under: Divers, Publicité, Science, Société — Étiquettes : , — Jean-Luc @ 23:51

Depuis des années, Amnesty International (entre autres), dénonce l’utilisation du Taser par les forces dites « de l’ordre ». Elle rappelle que plus de 300 personnes sont mortes après avoir reçu une décharge de cette arme soi-disant non-létale.

La société Taser elle-même continuait sa propagande en niant tout effet nocif possible de la décharge de 50 000 volts de son pistolet électrique. Dans notre société libérale avancée, il faut quand même penser au chiffre d’affaires et au cours de l’action…
Il semblerait qu’elle mette un peu d’eau dans son vin, puisqu’elle vient de recommander aux personnes qui utilisent cette saloperie de ne pas tirer dans la poitrine : « Les recherches ont conclu que la distance qui sépare le cœur du dard d’un pistolet est le premier facteur explicatif d’un effet sur le cœur » !

Si même Taser commence à faire des recherches sur les effets cardiaques des décharges électrique, où va-t-on ? Étonnant, non ? Qui aurait pu croire qu’en envoyant une décharge de 50 000 volts dans la poitrine d’un homme, on avait plus de chances de provoquer un arrêt du cœur qu’en tirant sur un mollet ?

Néanmoins, la compagnie rappelle avec assurance et fermeté que les éventuels problèmes sont surtout dus à la consommation de drogues, ou à des maladies cardiaques antérieures.

Ben voyons !

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :