Entendre

mardi 6 décembre 2011

Sécurité


Greenpeace a réussi à introduire un commando de militants dans la centrale nucléaire de Nogent sur Seine, jusque sur le toit d’un des réacteurs.

Au moment où le gouvernement s’auto-congratule et clame sa satisfaction de voir que tous les tests auxquels les centrales ont été soumises après Fukushima ont été positifs, cet épisode est bien savoureux.

Il montre à l’évidence que l’accident, celui qui casse pour de vrai, est toujours consécutif à un événement qu’on n’avait pas prévu.

Avant Fukushima, personne n’avait prévu que les groupes de secours pourraient ne pas démarrer au moment où tous les circuits électriques sautaient.

Avant Fukushima, nos centrales étaient sûres à 100 %.

Après Fukushima, poussés par l’inquiétude justifiée de la population, le gouvernement a bien voulu mettre nos centrales « à l’épreuve ». Il a constaté que si les problèmes qui se sont produits à Fukushima, grosso modo, étaient arrivés en France nos réacteurs auraient tenu. Enfin, c’est ce qu’il annonce.

Greenpeace montre aujourd’hui qu’il y a (encore !) des failles dans la sécurité. Un porte-parole du ministère de l’intérieur a précisé : « À aucun moment l’intégrité des installations nucléaires n’a été mise en péril. »

Mais le petit Nicolas a déclaré lui-même qu’il était « irresponsable de prendre des risques avec sa vie et avec la vie des autres ».

Faudrait savoir : yavait un risque ou yavait pas de risque ?

Je suppose que si le groupuscule « irresponsable » de Greenpeace avait été un commando « responsable » d’Al-Qaida, les discours (et les conséquences matérielles de l’expédition) n’auraient pas été les mêmes.

Le ministre de l’intérieur, le sinistre Guéant, a déclaré pour conclure qu’il y avait des « défaillances » dans notre dispositif de sécurité. Ah ben oui, mais ce n’est pas ce qu’il disait il y a quelques semaines.

Non, le nucléaire n’est pas sûr. Nous sommes d’accord.

Mais c’est grâce au test de Greenpeace qu’on en est sûr.

On devrait les décorer !

Publicités

mercredi 17 février 2010

Kafka, Chatel, et la vidéo-surveillance

Filed under: Divers, Politique, Société — Étiquettes : , , , — Jean-Luc @ 11:19


Tous les jours, ou presque, maintenant, un élève ou un prof est victime de violence à l’intérieur d’établissements scolaires.

Luc Chatel prend les choses très au sérieux : il va organiser des états généraux sur la sécurité à l’école… en avril !

Il aurait pu augmenter les effectifs des surveillants, comme le demandent les enseignants.
Ben non ! On va donc créer une commission, peut-être plusieurs, qui vont pouvoir réfléchir au moyen d’augmenter le nombre de caméras de vidéo-protection dans notre univers kafkaïen, et probablement proposer quelques lois pour augmenter les peines des responsables de violence.

Pendant ce temps-là, les voyous continuent à se défouler.

Ce serait trop simple (et beaucoup trop onéreux) de mettre tout de suite 11 surveillants de plus à Vitry !

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :