Entendre

mardi 14 février 2012

Suspense

Filed under: Elections, Politique — Étiquettes : , , , , , , — Jean-Luc @ 17:49


Il avait dit qu’il ne dirait pas s’il était candidat avant fin mars, pour pouvoir rester jusqu’au bout aux commandes de la France, contrairement à certains capitaines italiens qui quittent leur navire en premier, pour être sûr d’échapper au naufrage…

C’était une façon de dire qu’il serait candidat ! Parce que s’il ne voulait pas être candidat, il suffisait qu’il dise : « Je ne serai pas candidat », et comme ça il pouvait rester aux commandes de la France en train de sombrer jusqu’au 22 avril inclus et sans aucun état d’âme.

Mais bon, là maintenant, il va dire qu’il est candidat. Mercredi ou jeudi. Comme ça au moins, on saura, enfin !

Moi, ce qui m’inquiète, c’est qu’à partir de maintenant, enfin à partir de mercredi ou jeudi, la France n’a plus de capitaine, et elle va aller à vau-l’eau.

Ben oui : c’est qui c’est qui va signer les décrets d’expulsion des Roms, maintenant qu’il va parcourir les campagnes désertées et les usines en grève pour gagner des voix de l’extrême-droite, faire l’apologie de son bilan catastrophique, expliquer que le socialisme c’est l’enfer, et que d’ailleurs la meilleure preuve c’est que toutes les grandes fortunes de France sont en train de partir en Suisse, et c’est qui c’est qui va payer la TVA sociale alors ?

Hein ?

Moi je dis qu’il devrait laisser planer le doute (c’est-à-dire la certitude qu’il sera candidat, mais sans qu’il le dise) jusqu’au 21 avril au soir.

Faudrait quand même pas qu’il sacrifie la bonne marche de la France à sa petite ambition personnelle !…

jeudi 12 mai 2011

Kit mains libres

Filed under: Politique, Science, Société — Étiquettes : , , , , , , , , , , , — Jean-Luc @ 9:22

Ainsi, les pouvoirs publics commencent à s’apercevoir que, lorsqu’un conducteur a un téléphone portable dans une main et une cigarette dans l’autre, il est gêné pour passer les vitesses, tenir le volant, et régler le GPS. Sa conduite s’en ressent au point qu’il aurait une plus grande probabilité d’accident que s’il ne tenait que son volant, sans accessoires.

Il va donc être bientôt interdit de téléphoner en conduisant.

Ah bon, c’est déjà fait ?

Oui mais ils vont sévir et ça va être plus interdit. Il faut dire que 20 % d’augmentation de morts sur les routes en avril, ça la fout mal pour le petit Nicolas qui a toujours prétendu que, grâce à lui, il n’y avait quasiment plus d’accidents sur les routes de France. Et c’est difficile ici d’accuser les Tunisiens ou les Roms en situation irrégulière…

Je m’en fous disent certains : j’ai un kit mains libres…

Et ben non : des études très récentes, très approfondies et très fines permettent de constater que lorsqu’un conducteur téléphone, même avec un kit mains libres, son attention est détournée, son angle de vision se rétrécit, il accommode à l’infini et ne regarde plus que l’horizon en pensant à son interlocutrice, il n’entend plus le klaxon du gars qui le double, il oublie de mettre son clignotant, et il a quand même plus d’accidents que s’il ne téléphone pas.

Bon, c’est la science moderne qui nous le dit.

Moi, quand j’étais petit (et ça remonte loin !) il y avait un petit panneau à côté des conducteurs d’autobus : « Il est interdit de parler au conducteur. »

À mon avis, ils devaient déjà se douter de quelque chose.

Mais l’expérience des autres ne sert pas !

samedi 23 avril 2011

Péages

Le petit Nicolas, sous l’influence du gnôme Géant, serait près à remettre en cause la libre circulation des barbares dans l’espace Schengen. Il a probablement raison. Ce n’est pas parce que l’Italie se laisse envahir par les musulmans islamistes qu’elle doit nous les envoyer ici chez nous sans autre forme de procès.
Moi je dis : « Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées. »

Il me semble même qu’il faudrait aller plus loin et rétablir les barrières douanières et les péages que nos ancêtres avaient eu la sagesse d’installer sur les routes, les autoroutes et à l’entrée des villes. Ainsi, même si Poitiers (par exemple) est envahi par les Sarrasins, Paris pourra en être préservé grâce à des fouilles, des vérifications ADN et des contrôles minutieux que Géant pourra développer à l’entrée de la ville.

Enfin, l’essentiel est que l’Élysée reste bien protégé par la garde républicaine, pour éviter que les descendants de notre Guide Suprême, fleuron de la pureté de la race française pure souche, aient la peau bronzée et les cheveux crépus.

dimanche 27 février 2011

Suspicion paranoïaque


Ah ! Enfin Hortefeux dégage.

Depuis le temps qu’il nous pompait l’air avec sa haine de « l’autre », sa suspicion paranoïaque permanente, ses tests ADN, ses centres de rétention administrative, sa police politique, ses déchéances de nationalité, ses murs de protection anti-Roms, ses lois anti-voile et ses miradors …
On va enfin pouvoir aérer un peu.

Comme je l’avais suggéré il y a un mois, s’il continue à être terrorisé par les étrangers, il n’a qu’à se construire un mur de protection autour de lui tout seul et nous laisser enfin respirer l’air de l’amitié avec ces peuples courageux qui osent se libérer de leurs tyrans-dictateurs-tortionnaires.

Nous, on sera beaucoup plus tranquilles.

vendredi 14 janvier 2011

Le mur de la honte de la Grèce


Pour éviter que son territoire soit envahi par des hordes de sauvages hirsutes venus de barbarie, la Grèce projetait la construction d’un mur de la honte de 206 km, le long de sa frontière avec la Turquie qui, rappelons-le, ne fait pas partie de l’Europe. Donc dehors, à l’extérieur, ce sont des étrangers, des presque arabes, des barbares arriérés qui ne parlent même pas français, des sales métèques barbus primitifs et illégaux et qui, probablement, sentent mauvais.

La Grèce suit ici l’exemple de nombreux prédécesseurs :

– Israël, qui a construit après 2003 le mur de la honte qui le sépare de la Palestine : jusqu’à 8 m de haut sur plus de 700 km. Les Israéliens pensent être de cette façon à l’abri des attentats, et on constate bien d’ailleurs que, depuis 2003, ils sont vraiment beaucoup plus tranquilles ;

– les États-Unis, qui ont construit après 2006 le mur de la honte qui les sépare du Mexique : 4,5 m de haut sur 1200 km, avec miradors, caméras et patrouilles de milices paramilitaires. Cela représente un tiers de la frontière seulement, ce qui laisse de la place, sur 2000 km environ, pour des déferlements de sauvages immigrés illégaux et barbus. Il ne s’agit pas ici d’attentats, mais simplement d’empêcher les hordes de métèques basanés malpropres de venir salir les fauteuils en cuir des belles banques et des beaux casinos états-uniens. Et on constate bien d’ailleurs que, depuis 2006, l’immigration clandestine aux États-Unis est quasi nulle ;

– Berlin, et son mur de la honte : 3,6 m de haut sur 155 km, avec miradors, soldats lourdement armés, chiens de garde et bunkers. Curieusement, ce mur de la honte a été cassé en 1989 par les Allemands de l’Est eux-mêmes, qui avaient besoin d’air. Il est vrai qu’ils ne craignaient pas trop l’invasion par les Allemands de l’Ouest qui se sentaient plutôt mieux chez eux, qui ne sont ni sales ni barbus ni basanés, et qui souvent parlent un allemand impeccable…

Las ! Des critiques virulentes se sont fait entendre envers la Grèce (qui, rappelons-le, fait partie de l’Europe) : finalement, il n’est plus question que d’une petite clôture, une palissade ridicule de 3 m de haut sur 12 km. Autant dire rien ! À peine un truc pour garder les chèvres.

Ces murs de la honte ne sont pas érigés n’importe où par n’importe qui : ils sont construits par des pays riches le long de leur frontière avec des pays pauvres. Berlin est un contre-exemple, mais là, il s’agissait d’éviter que les pauvres foutent le camp.
Par exemple la Somalie ou le Bhoutan n’ont pas l’intention de construire de mur de la honte.
Cela semble indiquer que les riches sont moins enclins à la honte que les pauvres. La honte diminue peut-être quand le cholestérol augmente : il doit y avoir là une étude à faire !

On retrouve, à une moindre échelle, ces murs de la honte à l’intérieur même des pays. Dans la plupart des immeubles récents, un digicode maintient à l’extérieur du bâtiment les hordes de sales sauvages hirsutes et basanés venus de l’étrange barbarie. Certaines résidences et lotissements sont aujourd’hui enfermés derrière un mur de la honte avec caméras de surveillance et chiens policiers. On dit qu’ils sont « sécurisés »…

Peut-être verrons-nous un jour des murs de la honte empêcher les sales habitants sauvages arriérés bronzés barbus et illégaux de Tourcoing, qui parlent français avec un abominable accent belge, une fois, de pénétrer dans la belle et noble ville d’Angers où l’on parle un français très pur avec beaucoup d’élégance.
Ou l’inverse, selon qui est le plus riche, ou a le meilleur accent, ou se croit le plus beau…

Régis Debray vient de publier un livre intitulé Éloge des frontières, que je n’ai pas lu, mais qui, si j’ai bien compris, présente l’idée très intéressante selon laquelle lorsqu’il n’y a plus de frontières, les gens s’enferment derrière des murs de la honte pour se défendre. Il préfèrerait que les nations soient protégées par de véritables frontières (poreuses et franchissables), comme les habitations sont protégées par une porte, qui permet à la fois d’accueillir les amis et d’empêcher les indésirables d’entrer, comme tout être vivant est protégé par sa peau, qui ne l’empêche pas d’avoir des échanges avec l’extérieur… Et il est vrai que le mur de la honte est quand même un barrage très isolant et très violent !

Ces volontés d’exclusion ne sont finalement qu’une forme assez ignoble d’égoïsme, les riches cherchant à conserver pour eux les richesses qu’ils possèdent, sans accepter de les partager avec ceux qui n’y ont pas accès. Il est probable que, si cela continue, nous serons, nous riches, contraints de partager par la force et la violence. On peut maintenir un léger écart de niveau de vie, inévitable, entre les plus riches et les plus pauvres ; mais lorsque l’écart devient intolérable, lorsque les plus pauvres crèvent de faim alors que les plus riches crèvent d’indigestion, il faut bien partager : sinon, les plus pauvres qui n’ont plus rien à perdre risquent de devenir vraiment méchants.

Ne serait-il pas temps de comprendre que nous sommes tous sur le même bateau, habitants de la Terre, et condamnés à vivre ensemble, même si nous érigeons des murs de la honte, noirs et blancs, riches et pauvres, barbus et chauves, petits gros et grands maigres, intelligents et cons, et même ceux qui ne sentent pas bon ?

samedi 6 novembre 2010

Manif virtuelle

http://www.lacimade.org/minisites/pourquellenepassepas/rubriques/158-Manifestation-virtuelle-jusqu-au-S-nat?page_id=2868

Pour les fainéants scotchés derrière leur clavier jusqu’à pas d’heure, la Cimade propose une manif virtuelle destinée à protester contre le projet de loi sur l’immigration, dite « loi Besson », ce qui est faire bien des honneurs à ce sinistre de l’immigration nazionale socialiste et de l’identité choisie par le petit Nicolas, ex-PS, actuellement UMP, et probablement futur FN… qui n’en mérite pas tant.

À ce sujet, je retrouve une citation amusante de ce girouettesque traître, extraite d’un bouquin qu’il a écrit (ou plus probablement fait écrire) avant de tourner sa veste pour aller lécher le cul du petit Nicolas :
« En supprimant ou en restreignant fortement les principaux dispositifs de régularisation, Nicolas Sarkozy se prive des outils permettant une régularisation au fil de l’eau et évitant ainsi les régularisations de masse. En d’autres termes, Nicolas Sarkozy fabrique des sans-papiers, lui qui prétend lutter contre l’immigration clandestine ! »

Bon : pour l’instant, il reste encore un espoir, et du travail pour la plupart des Français, qui ne seraient pas fâchés que les migrants soient traités avec un peu d’humanité, et qui ne sont pas tellement favorables aux charters de Maliens et à l’expulsion violente des Roms ou des Afghans réfugiés dans la patrie des droits de l’homme.

Car, si les députés, majoritairement à la botte du petit Nicolas, ont voté ce texte de loi, il reste à le faire passer devant le Sénat, ce qui pourrait être plus difficile puisque l’UMP n’y est pas majoritaire.

On peut donc essayer de réveiller un peu nos sénateurs endormis en participant à cette manif virtuelle.
L’inscription est gratuite.

Rien n’est encore perdu !

http://www.lacimade.org/minisites/pourquellenepassepas/rubriques/158-Manifestation-virtuelle-jusqu-au-S-nat?page_id=2868

mercredi 20 octobre 2010

La Gloire et la rivière… et bien d’autres encore


Les (trop rares) visiteurs de ce blog se souviennent peut-être du témoignage poignant d’une permanente de la Cimade, publié ici-même il y a un an sous le titre « La Gloire et la rivière ».

Un livre vient d’être publié chez Actes Sud, intitulé Chroniques de rétention.
Outre cet admirable texte, il comprend 86 autres témoignages de divers intervenants de la Cimade en centre de rétention.

Un ouvrage important qui raconte des témoignages vécus, pour savoir ce qui se passe, ce qui se vit dans ces centres dont la plupart des Français ignorent tout… jusqu’à leur existence même.


Voulez-vous seulement savoir ?

La liste que le policier accroche chaque matin dans la zone des retenus : allez-y, courrez, ce matin… votre nom peut-être : Vol Roissy R2C AF2184 10 h 40 Kinshasa. Hier, c’était le tour du Pakistanais qui vous dépannait en cigarettes. Aujourd’hui, c’est le vôtre. Les recours épuisés. Le soutien enrayé. L’insupportable qu’on vous oblige à supporter et l’espoir qui étouffe sous des procédures marécageuses. Il vous reste votre corps et parfois le choix entre l’hôpital si vous avez le courage de vous faire mal, la prison si vous avez l’audace de vous débattre ou l’avion si vous abandonnez.

Environ 35 000 étrangers sont enfermés légalement ou illégalement dans les centres et locaux de rétention chaque année.

Depuis 25 ans, La Cimade est à leurs côtés à l’intérieur des murs. En 1984, les intervenants se comptaient sur les doigts d’une main. En 2009, nous étions près de 70. Cette mission de défense des droits des étrangers et de solidarité active est unique en Europe. Loin d’être une caution à la réalité catastrophique de la rétention, cette force de regard et de réaction a été remise en question par l’État à la fin de l’année 2008. Sans doute avons-nous trop défendu. Trop parlé.

Il est temps de témoigner.

Humour noir, analyse politique, poésie, dialogues, anecdotes : loin des clichés irréels, des images médiatiques ou des communiqués de presse, nous, intervenants de La Cimade, avons décidé de prendre les mots comme on prend les armes.

jeudi 7 octobre 2010

Les gendarmes hors-la-loi

Filed under: Migrants, Politique, Société — Étiquettes : , , , , , , , , , , — Jean-Luc @ 14:54


Deux avocats d’associations de Roms et de « gens du voyage » viennent de porter plainte pour fichier non déclaré et conservation “de données à caractère personnel qui font apparaître les origines raciales et ethniques”, délits punis de cinq ans d’emprisonnement et 300 000 euros d’amende.

Les gendarmes ont en effet constitué un fichier appelé « MENS » (minorités ethniques non sédentarisés), parfaitement illégal puisqu’il enregistre des origines ethniques.

La gendarmerie dément l’existence de ce fichier. Les gendarmes sont des militaires, donc des « grands muets » ; on ne s’attend pas à ce qu’ils avouent.

Brice Hortefeux prétend qu’il n’est pas au courant. S’il n’est pas menteur (ce qui m’étonnerait), il est donc, lui aussi, incapable et incompétent !

Le gouvernement français pue de plus en plus. Le petit Nicolas avait annoncé un remaniement ministériel pour bientôt, mais je crains que les mauvaises odeurs viennent de plus haut…

jeudi 30 septembre 2010

Paradis

Filed under: Migrants, Politique, Société — Étiquettes : , , , , , , , , , , — Jean-Luc @ 21:07


Georges Charpak, prix Nobel de physique français, est mort.

Né en Pologne en 1924, il avait émigré en France à 7 ans avec sa famille juive.

Sa mort a été l’occasion pour la télé de rediffuser une interview où il rappelait avec émotion comment, pour lui, l’arrivée en France avait été une « découverte du paradis ».

Paradis !

Les Roms d’aujourd’hui apprécieront…

Merci Éric Besson !
Merci Nicolas !

vendredi 17 septembre 2010

Première guerre européenne

Filed under: Migrants, Politique, Société — Étiquettes : , , , , , , , , , , , , — Jean-Luc @ 0:01


Le coup des Roms virés par le petit Nicolas énerve tout le monde en Europe.

Le gouvernement français, de droite nationale, pas vraiment socialiste, dit que la comparaison avec la seconde guerre est ignoble.

Il est vrai que les expulsés ne sont pas envoyés à la chambre à gaz (encore que les Afghans renvoyés chez eux n’ont guère plus de chances de s’en sortir), mais quand on voit le nombre de gens qui se sont tués en sautant par les fenêtres quand ils entendaient la police d’Hortefeux arriver, il est quand même difficile de ne pas penser à 1940.

Il n’y a guère que le vieux clown Berlusconi qui trouve que le petit Nicolas a parfaitement raison.
Lui ça l’arrange : il cherche par tous les moyens à virer hors d’Italie tous les métèques qui débarquent dans son beau pays, arrivant d’Afrique sur des pirogues surchargées qui flottent à peine.

À mon avis on se dirige vers la première guerre européenne : France-Italie contre les 25 autres (dont la Roumanie et la Bulgarie, si, si…).
Je me demande qui pourrait gagner.

J’espère que ce sera pas la France !

Encore que… avec la bombe…

Et c’est justement le petit Nicolas qui a le doigt sur le bouton rouge !

Older Posts »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :