Entendre

lundi 20 juin 2011

Balles réelles

Filed under: Langue, Société, Violence — Étiquettes : , , , , , , , , , — Jean-Luc @ 14:35


Le « virtuel » prend une place de plus en plus grande dans nos vies, hélas !

D’après le petit Robert, « virtuel » qualifie « ce qui est à l’état de simple possibilité », donc sans aucune existence réelle. Un amour virtuel n’est pas un amour. Un président virtuel n’est pas un président, une balle virtuelle n’est pas une balle…

Mais de plus en plus, dans notre monde multimédiatisé, on qualifie de virtuel tout et n’importe quoi, et on parle de plus en plus de certaines événements ou objets « virtuels » comme s’ils existaient. On entend même parler de « réalité virtuelle » (oxymore) !

On en arrive à un point tel que, dans nos journaux télévisés, les présentateurs se sentent obligés de préciser que Ben Ali, Kadhafi ou Bachar el-Assad font tirer « à balles réelles » sur les manifestants, comme si certains dictateurs se contentaient de faire tirer des balles virtuelles…

Publicités

samedi 5 février 2011

Le gendarme Frédéric Warion sort de l’anonymat

Le gendarme Frédéric Warion, commandant de la gendarmerie d’Alès, sort de l’anonymat : Frédéric Warion en avait probablement marre d’être contenu par le devoir de réserve qui empêche tout militaire, tout gendarme ou tout policier de se faire connaître en tant qu’individu, en le noyant dans la foule anonyme de ses collègues. Triste sort !

Je pense d’ailleurs depuis longtemps que si les policiers et gendarmes étaient distingués et individualisés par un numéro personnel unique inscrit en gros au dos de leur uniforme, à la place du traditionnel « Police », il y aurait moins de bavures. Si on pouvait identifier un policier ou un gendarme particulier sur une photo ou une vidéo, ils seraient probablement plus attentifs à ne pas faire n’importe quoi.

Alors qu’en l’état actuel des choses, ils peuvent commettre n’importe quelle violence sans être inquiété puisque personne ne peut les distinguer de leur voisin : « C’est pas moi, m’sieur, c’est sûrement un autre ! »

Frédéric Warion, commandant de la gendarmerie d’Alès, s’insurge aussi contre cet anonymat, et il a donc décidé de se faire connaître ; mais je ne suis pas persuadé qu’il ait choisi la meilleure méthode.

Le gendarme Frédéric Warion sort de l'anonymat

On le voit sur une vidéo amateur (de très bonne qualité, et qui a maintenant fait le tour de France – 650 000 vues), asperger de très près, avec une bombe de gaz lacrymogène, le visage d’honnêtes et paisibles manifestants du troisième âge, entourés d’élus locaux et accompagnés de quelques bambins.

Même les collègues gendarmes de Frédéric Warion, commandant de la gendarmerie d’Alès, sont effarés par sa violence envers d’innocents et pacifiques mamies et papys. Pour une fois, ils ne peuvent pas prétendre que ce n’était pas lui (les gendarmes ont souvent un esprit de corps très marqué) puisqu’on voit Frédéric Warion pratiquement en gros plan quand il serre la main d’un des élus locaux, avant la bagarre.

Je suis surpris que le petit Nicolas n’ait pas déjà proposé une loi interdisant aux commandants de gendarmerie de gazer des vieillards souffreteux et placides comme d’autres gazent les cafards dans les fonds de cuisine. Dominique Hasselmann vient d’écrire au ministre chargé de la gendarmerie nationale (je pense qu’il s’agit de Brice Hortefeux) pour lui demander de mettre hors d’état de nuire Frédéric Warion, ce dangereux cow-boy qui s’attaque aux passants dans les gares du midi.

Il faut faire connaître le gendarme Frédéric Warion, commandant de la gendarmerie d’Alès : il l’a cherché, il le mérite.

samedi 6 novembre 2010

Manif virtuelle

http://www.lacimade.org/minisites/pourquellenepassepas/rubriques/158-Manifestation-virtuelle-jusqu-au-S-nat?page_id=2868

Pour les fainéants scotchés derrière leur clavier jusqu’à pas d’heure, la Cimade propose une manif virtuelle destinée à protester contre le projet de loi sur l’immigration, dite « loi Besson », ce qui est faire bien des honneurs à ce sinistre de l’immigration nazionale socialiste et de l’identité choisie par le petit Nicolas, ex-PS, actuellement UMP, et probablement futur FN… qui n’en mérite pas tant.

À ce sujet, je retrouve une citation amusante de ce girouettesque traître, extraite d’un bouquin qu’il a écrit (ou plus probablement fait écrire) avant de tourner sa veste pour aller lécher le cul du petit Nicolas :
« En supprimant ou en restreignant fortement les principaux dispositifs de régularisation, Nicolas Sarkozy se prive des outils permettant une régularisation au fil de l’eau et évitant ainsi les régularisations de masse. En d’autres termes, Nicolas Sarkozy fabrique des sans-papiers, lui qui prétend lutter contre l’immigration clandestine ! »

Bon : pour l’instant, il reste encore un espoir, et du travail pour la plupart des Français, qui ne seraient pas fâchés que les migrants soient traités avec un peu d’humanité, et qui ne sont pas tellement favorables aux charters de Maliens et à l’expulsion violente des Roms ou des Afghans réfugiés dans la patrie des droits de l’homme.

Car, si les députés, majoritairement à la botte du petit Nicolas, ont voté ce texte de loi, il reste à le faire passer devant le Sénat, ce qui pourrait être plus difficile puisque l’UMP n’y est pas majoritaire.

On peut donc essayer de réveiller un peu nos sénateurs endormis en participant à cette manif virtuelle.
L’inscription est gratuite.

Rien n’est encore perdu !

http://www.lacimade.org/minisites/pourquellenepassepas/rubriques/158-Manifestation-virtuelle-jusqu-au-S-nat?page_id=2868

samedi 30 octobre 2010

18 casseurs selon la police ; 1,8 million selon…

Filed under: Divers, Science, Société — Étiquettes : , , , , , — Jean-Luc @ 14:29


Je crois avoir enfin compris d’où vient l’écart de comptage des manifestants entre « la police » et « les syndicats ».

On sait maintenant que, dans toutes les manifestations, il y a des policiers en civil déguisés en voyous, qui n’hésitent pas à casser les vitrines et les voitures pour exciter un peu les manifestants, et permettre ainsi l’arrestation et la mise en garde à vue de vieux syndicalistes parfaitement pacifiques.

Rappelons à ce sujet que, sauf erreur de ma part, les conventions de Genève interdisent le port d’un uniforme ennemi… Malheureusement, une manif n’est pas considérée comme un guerre !

Quand ils passent devant les « compteurs » de la police, les policiers-voyous ne sont pas comptés comme manifestants puisqu’ils sont de la police : « Eh non, Marcel, pas celui-là, c’est Raymond, tu sais bien qu’il est des RG ! »

Mais quand ils passent devant les « compteurs » syndicaux, ils sont comptés comme manifestants puisqu’ils sont déguisés, et donc non reconnus comme policiers-casseurs…

Il est donc assez facile d’estimer le nombre des policiers-casseurs qui étaient présents dans les récentes manifestations contre la réforme des retraites :
3 millions de manifestants selon les syndicats ;
1,2 million de manifestants selon la police ;

Donc 1,8 millions de policiers-casseurs en civil infiltrés dans la manif…

lundi 18 octobre 2010

Tout va très bien, madame la marquise…


Depuis un mois, les manifestations conte la réforme des retraites se succèdent à un rythme de plus en plus serré. Entre 2,5 millions et 3,5 millions de manifestants à chaque fois (entre 237 320 et 312 750 selon la police), chiffre à peu près constant.

Le gouvernement affirme d’une part que le nombre de manifestants diminue à chaque manifestation (de 312 750 à 237 320 selon la police), ce qui est un signal fort qui lui est envoyé par lequel les Français lui signifient qu’ils comprennent et acceptent cette réforme. Et d’autre part que cela fait quand même de 64 687 250 à 64 762 680 (selon la police) Français qui ne manifestent pas, et sont donc manifestement très favorable à la politique du petit Nicolas. Et toc !

Le petit Nicolas, droit dans ses bottes, continue à affirmer qu’il avait promis dans sa campagne électorale qu’il retarderait l’âge de départ à la retraite, et qu’il est donc obligé de maintenir sa réforme pour tenir sa parole qui est d’or.

Environ 4000 stations-service ne peuvent plus fournir de carburant aux automobilistes.

Le sinistre des transports affirme que c’est faux, d’une part, et d’autre part que c’est dû au comportement incivil des Français qui ne sont pas prêts à partager avec leurs concitoyens, et qui se précipitent pour faire leur propre plein. Les égoïstes !

Parallèlement, le gouvernement met en place une cellule de crise intersinistérielle pour réfléchir à la façon de réapprovisionner les stations-service.

Bientôt, probablement, en plus des flics, CRS et autres gendarmes qu’ils envoient pour tirer au flashball sur nos gosses, ils enverront l’armée et les chars pour libérer les stocks de carburant.

Ah, on est bien !

mercredi 8 septembre 2010

1,1 million d’après la police ; 2,7 millions d’après les organisateurs

Filed under: Divers, Science, Société — Étiquettes : , , , , , , , , — Jean-Luc @ 22:26


On se demandait depuis longtemps pourquoi il existait un tel écart entre les mesures des flics et celles des syndicats.

On a peut-être eu une explication partielle au journal télévisé de mardi soir, qui nous a montré les différences entre les deux méthodes de comptage :

– les RG se cachent au fond d’une petite pièce sombre d’un troisième étage, d’où ils ont une vue très limitée sur une partie du boulevard. Ils font un bâton sur un papier chaque fois qu’ils ont aperçu 10 manifestants traverser le cadre de la fenêtre.
– les syndicalistes se mettent sur le bord du boulevard, et ils font un bâton sur un papier chaque fois qu’ils ont compté 25 manifestant passant devant eux.

À mon avis, c’est les syndicalistes qui ont raison : déjà ils voient passer à peu près tous les manifestants, contrairement aux RG qui, en raison de leur cadre de vision très limité, ne doivent en voir (au mieux) que la moitié.

Ensuite, si les syndicalistes se trompent d’une personne dans un tas de 25 ça fait 4 % d’erreur, alors que si les flics se trompent d’une personne sur un tas de 10, ça fait 10 % d’erreur.

Il y a longtemps qu’on essaie de faire comprendre aux élèves que, pour une incertitude donnée, la mesure d’une valeur élevée est plus précise que celle d’une valeur faible.

Les flics n’ont peut-être pas tout bien suivi à l’école ?

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :