Entendre

lundi 25 août 2014

Remaniement

Filed under: Politique — Étiquettes : , , , , , , , , — Jean-Luc @ 22:58


Les Français ont élu, il y a un peu plus de deux ans, un Président de la République dont ils ont cru qu’il était un peu plus à gauche (ou peut-être seulement un peu moins à droite) que le petit Nicolas.
Disons dans les environs du PS, ou assimilé.
Mais plus le temps passe, plus ce président s’avère plutôt de centre droit, voire carrément de droite depuis qu’il a mis aux manettes du gouvernement un homme à poigne que beaucoup comparent avec juste raison au petit Nicolas, précisément. Il a la même psycho-rigidité et il fait presque autant de vent avec aussi peu de résultat : l’essentiel pour lui est de bouger, quels que soient les résultats ou même la direction…

Il restait pourtant deux ou trois ministres de gauche ou peut-être de centre-gauche.
Hélas, ceux-ci ont décidé ce week-end de commettre un crime de lèse-Manuel en s’autorisant à annoncer publiquement qu’ils n’étaient pas vraiment d’accord avec la politique actuelle du gouvernement.
Voilà donc que le dit Manuel, qui ne supporte pas les discussions, parce que lui, il est un dur, un vrai, annonce à François Hollande qu’il démissionne. François Hollande le renomme immédiatement premier ministre, avec pour mission de choisir un gouvernement qui, enfin, ferme sa gueule pour pouvoir faire sa politique de droite sans problème et sans discussion.

Il est bien tard pour aider au choix de ce futur gouvernement mais j’ai pourtant quelques suggestions à proposer pour les prochains ministres.

Je verrais donc bien :
Alain Juppé : ministre de l’économie et des finances (il sait bien calculer)
Jean-François Copé : ministre de la justice (il est avocat, il sait ce que c’est !)
François Fillon : ministre de l’écologie (il n’en a vraiment rien à cirer, il n’embêtera personne)
Nadine Morano : ministre de la culture (elle pourra peut-être apprendre un peu)
Nicolas Sarkozy : ministre de l’intérieur (il a prouvé son incompétence)
Brice Hortefeux : ministre de l’immigration (non, je n’ai pas dit de l’identité nationale)
Charles Pasqua : ministre de la guerre
Serge Dassault : ministre du commerce des armes et de l’industrie
Christian Estrosi : ministre du troisième âge et des anciens combattants

Allez, on parie ?

Publicités

vendredi 23 avril 2010

De l’intérêt d’être normalien

Filed under: Elections, Politique — Étiquettes : , , , — Jean-Luc @ 20:44

Le petit Nicolas n’en finit pas de s’effondrer dans les sondages

Élu en 2007 avec 53 % des voix des Français, il en arrive ces jours-ci à 62 % de gens qui estiment qu’il vaudrait mieux qu’il nous lâche les baskets, et qu’il arrête de s’agiter frénétiquement en cassant tout ce que la France a patiemment construit pendant vingt siècles. Il n’a plus que deux ans pour « être jugé sur ses résultats », comme il l’avait lui-même demandé lors de son élection.

Et ses copains sont en embuscade pour 2012 : Fillon, Villepin, Bertrand, Bayrou… Seul Le Pen a décidé de jeter l’éponge, vaincu par la sénilité, et lassé de ne jamais dépasser les 20 %.

Et puis il y a Juppé…

Si, rappelez-vous : Alain Juppé, le repris de justice, condamné en 2004 à dix-huit mois de prison et dix ans d’inéligibilité pour « abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt », réduits à quatorze mois de prison et un an d’inéligibilité en appel…

Alain Juppé est un fin connaisseur.

Il sait que le temps efface beaucoup de choses, mais que sa condamnation est trop récente pour qu’il puisse avoir une chance d’être élu président en 2012. Il ne peut donc viser raisonnablement que 2017.

Si Fillon, Villepin, Raffarin ou Copé se présentent en 2012, ils ont une chance d’être élus. Dans ce cas, en 2017, la gauche passe à tous les coups et quoi qu’il arrive. En 2022, Juppé aura 77 ans : trop tard, certainement, même si l’âge de la retraite a été reculé d’ici là.

Sa seule chance est donc d’arriver en 2017 comme sauveur de la France et, pour cela, il est essentiel que la gauche passe en 2012, même désunie, et quel que soit son candidat.

Voilà pourquoi il proclame (et il est bien le seul !) que le petit Nicolas est le « candidat naturel » de la droite en 2012, puisque c’est le pire des candidats de la droite, un des seuls dont on est certain qu’il ne sera pas réélu.

Ah, ça sert d’avoir fait des études !

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :