Entendre

samedi 28 mars 2015

Sécurité

Filed under: Politique, Science, Société — Étiquettes : , , , , , , — Jean-Luc @ 5:07

Un pilote d’Airbus, que personne n’imaginait dépressif, pète les plombs et précipite son A320 sur une montagne des Alpes. 150 morts.

Un pilote de centrale nucléaire, que personne n’imaginait dépressif, pète les plombs et relève les barres de contrôle de son réacteur. Fusion du cœur, explosion, et dispersion des déchets radioactifs. 345 000 morts.

Un président de la République, que personne n’imaginait dépressif, pète les plombs et appuie sur le bouton rouge de la bombe. Troisième guerre mondiale. 182 millions de morts immédiats, et tout l’hémisphère nord inhabitable pour quelques milliers d’années.

Il y a longtemps que les banques ont compris le problème et, dans la moindre agence de campagne, le coffre ne s’ouvre qu’avec trois clés différentes détenues par trois personnes différentes.

Il y a moins de chances qu’elles pètent les plombs simultanément…

Publicités

mercredi 2 novembre 2011

Ah, la bonne guerre pour aller tuer les petits enfants !


La guerre n’est pas une belle aventure. Tout le monde est d’accord, à part peut-être quelques malades mentaux.

Mais il y a guerre et guerre.
Il y a la bonne guerre, la belle guerre, la vraie, la noble : c’est la guerre où les gars s’étripent face à face, directement, à la baïonnette, ou à la limite un qui fait exploser la tête de l’autre avec un 357 magnum, pendant que l’autre lui arrache deux jambes et un bras avec une grenade offensive. Ça c’est une guerre de mecs, de vrais durs.

Et puis il y a les sales guerres, les guerres dégueulasses, dont on ne veut pas trop parler parce qu’on n’en est pas trop fiers. Des guerres de gonzesses, des guerres de trouillards minables qui n’ont rien dans le pantalon, et qui préfèrent ne prendre aucun risque. Ceux-là saupoudrent le territoire ennemi de mines antipersonnel : des petites boîtes à moitié enterrées qu’on ne voit presque pas, mais qui explosent quand un pied les effleure.

Un pied d’ennemi, ou un pied de femme, ou un pied de gosse…
Un pied d’innocent le plus souvent civil, arraché pendant la guerre, dans le meilleur des cas.
Un pied de civil, un pied d’enfant qui ne demandait rien à personne, qui explose
parfois trente ans après la fin de la guerre.

Le summum de l’élégance !

C’était tellement dégueulasse, ces mines antipersonnel que les gens ont fini par tomber d’accord pour les interdire (traité d’Ottawa, 1997-1999).

Mais comme ça faisait un manque à gagner pour les industries d’armement qui les fabriquent, elles ont continué à les fabriquer (et les militaires lâches ont continué à les utiliser) en expliquant que ce n’était plus des mines antipersonnel mais des bombes à sous-munitions.

Mais c’était tellement dégueulasse, ces bombes à sous-munitions que les gens ont fini par tomber d’accord pour les interdire (traité d’Oslo, 2008-2010).

Mais faut pas rêver.

Les militaires lâches et les industries de mort ont de la suite dans les idées. De vraies têtes de cochon. Ils ont exercé une telle pression sur les gouvernements que maintenant les gouvernements préparent un projet de protocole qui autoriserait les bombes à sous-munitions fabriquées après 1980… en contradiction totale avec le traité d’Oslo.

Parlez-en autour de vous : il faudrait que le petit Nicolas (qui a signé le traité d’Oslo) s’explique clairement avant mai 2012 sur la remise en cause de sa signature…

Existe-t-il quelqu’un, à part lui, qui souhaite l’autorisation de cette arme qui tue essentiellement des enfants en temps de paix ?

mardi 18 octobre 2011

Prophétie auto-réalisatrice


Donc l’agence Moody’s (c’est un nom qui fait la gueule !), sous-marin de l’extrême droite de notre capitalisme à l’agonie, envisage de surveiller les finances de la France dans les trois prochains mois en vue d’abaisser éventuellement sa note de AAA à … on ne sait pas quoi, comme elle a déjà fait pour la Grèce, le Portugal et l’Italie. Entre autres.

Comme il n’est pas question que cette officine cryptofasciste payée par les banques ait quelque pouvoir que ce soit sur les taux auxquels la France peut emprunter, le petit Nicolas va tout faire pour que la France conserve son AAA.

C’est-à-dire continuer à virer les fonctionnaires (on lui suggère d’essayer « deux sur trois » au lieu des « un sur deux » qui ne produisent pas de réel effet durable sur la finance), fermer les écoles, supprimer ou privatiser les hôpitaux et ce qui reste de services publics, etc.

Moyennant quoi, la rigueur va s’accroître, le chômage va augmenter, le PIB va s’effondrer, et Moody’s pourra, dans trois mois, nous passer à AB -, voire BCD – – ou pire !

Et, comme les banques ne feront plus confiance à la France, les taux de nos emprunts vont monter en flèche, si bien qu’il nous faudra payer encore plus pour rembourser une dette qui n’en finit pas de gonfler. Et la France va faire faillite, justifiant ainsi les inquiétudes actuellement affichées par Moody’s.

C’est ce qu’on appelle une prophétie auto-réalisatrice.

Je suggère un autre scénario : Moody’s maintient sans aucune hésitation son AAA. La France continue à emprunter à bas coût. Donc elle peut financer la croissance, le PIB augmente et Moodys est content. Ou contente ?

C’est également une prophétie auto-réalisatrice.

Comme on le voit, Moody’s est libre de choisir aujourd’hui l’avenir de la France. S’il (si elle ?) a choisi un avenir sombre, c’est parce qu’il (elle ?) ne nous aime pas et qu’il (elle) veut notre malheur.

Je propose que le petit Nicolas déclare la guerre à Moody’s.

samedi 4 juin 2011

Le prix de la guerre

Filed under: Economie, Elections, Politique, Violence — Étiquettes : , , — Jean-Luc @ 22:47


Remplir sa déclaration d’impôts est l’occasion de jeter un œil sur la façon dont notre gouvernement dépense ce qu’il nous soustrait.

On peut ainsi constater (déclaration de François Baroin) que 10,2 % de nos dépenses sont (officiellement) consacrées à la guerre (achats de Rafales, bombes atomiques, bombes pas atomiques, mines anti-personnel, sous-marins nucléaires, missiles, drones, canon divers et autres hélicoptères de combat). Cela représente une somme de 37,4 milliards d’euros pour 2011, soit presque 600 euros par Français, du nouveau-né au vieillard.

Et cela ne comprend certainement pas tout ; il doit bien y avoir en particulier des tas de labos (le CEA, le CNRS ou divers autres, non recensés comme « militaires ») qui effectuent des travaux sur les armes chimiques, bactériologiques ou autres façons d’exterminer son prochain aussi efficacement que possible.

On ne s’étonnera pas que ce montant attribué à la guerre soit en augmentation (en 2010, les 37,1 milliards dépensés pour la guerre ne représentaient que 8,8 % de nos dépenses), puisque le nombre de guerres dans lesquelles la France est engagée pour satisfaire les (mauvaises) humeurs du petit Nicolas ne cesse de croître (Afghanistan, Côte d’Ivoire, Libye…).

On peut également constater que la « charge de la dette » est passée de 43,0 milliards à 45,4 milliards, ce qui montre bien que le petit Nicolas ne fait pas vraiment d’efforts pour rembourser notre dette : il s’en fout complètement, dans un an il ne sera plus là, et laissera à son successeur le soin de remettre la France sur pied… si c’est encore possible.

mardi 4 janvier 2011

Zéro incendie de voiture à la Saint Sylvestre 2010 !


Hortefeux l’avait annoncé : « Il n’y aura pas de publication du nombre de voitures incendiées à la Saint Sylvestre. »
Confidentiel défense ! Comme ça, on est tranquilles.

D’ailleurs, on est effectivement tranquilles puisqu’aucune voiture n’a été incendiée à la Saint Sylvestre.
En tout cas, personne n’en a parlé. Donc s’il y en a eu, il n’y en a eu que très peu. Ou pas du tout.

Voilà une méthode de gouvernement dont devrait s’inspirer le petit Nicolas : au lieu de s’agiter vainement et de faire des déplacements « en région » chaque fois  qu’il neige, qu’une rivière déborde, qu’une usine se met en grève, ou qu’un couple de vieillard se fait assassiner, il devrait déclarer qu’il n’y aura plus aucune publication du nombre de crimes commis en France, du nombre d’ouvriers en grève (354 selon la police), ni des conséquences des phénomènes météorologiques.

Cela pourrait bien faire diminuer la criminalité, les mouvements sociaux, les retards d’avions et le nombre de maisons inondées !

D’ailleurs, si on évitait aussi de divulguer des informations inutiles sur l’Irak, l’Afghanistan, la Corée du Nord ou la Palestine, il y aurait probablement moins de guerres…

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :