Entendre

lundi 23 mai 2011

Les radars, la bombe et le tabac

Le petit Nicolas reste inflexible : malgré l’impopularité de cette mesure, les panneaux avertisseurs de radars vont disparaître de nos routes. On comprend la grogne des automobilistes : ils étaient informés qu’on allait mesurer leur vitesse, ils pouvaient ralentir puis accélérer après le radar. Maintenant ils ne sauront plus qui les contrôlera quand et comment, et ils devront faire attention en permanence.

En fait, c’est bien le but recherché, et je m’étonne qu’il ait fallu si longtemps pour le mettre en place.

Personnellement, quand j’ai appris, lors de l’installation, qu’ils mettaient des avertissements avant les radars, cela m’a paru stupide. Aussi stupide que l’annonce de Jacques Chirac que la France allait reprendre les essais nucléaires parce que notre bombe n’était pas au point.

Il y a des choses qu’il vaut mieux cacher pour être efficace : si nos agresseurs potentiels ignorent les capacités de notre force de frappe, ils se méfient et hésitent à attaquer. Si on leur dit que notre bombe n’est vraiment pas au point, et peut-être même hors d’état de fonctionner correctement… ce n’est pas bon pour nous. L’effet « dissuasif » (puisque c’est l’effet recherché) est quasi nul !

De même, si les automobilistes connaissent à l’avance l’endroit où les flics (ou l’électronique, maintenant c’est pareil) vont mesurer leur vitesse, ils sont moins respectueux des limitations que s’ils ne savent pas où et quand sera fait le contrôle.

Ceci étant, le petit Nicolas se bat ici pour réduire le nombre de morts sur nos routes : 4 000 par an environ. Très bien. Mais que fait-il pour diminuer le nombre de morts provoqués par le tabac ?
Rien.
Et combien y a-t-il de morts chaque année en France dû à l’usage du tabac ?

66 000.

Ah, c’est pas pareil ? Et pourquoi donc ?

Parce que l’industrie du tabac fait vivre des milliers de salariés, parce que les revenus du tabac procurent des finances à l’État, parce que les PDG de ces industries sont des copains du petit Nicolas…

Ah bon. Alors comme ça, je comprends.

Enfin, pour les finances de l’état, ça se discute : il y en a qui disent que le tabac coûte 3 % de notre PIB à la société.

Oui, mais alors, si c’est comme ça, on pourrait aussi faire de l’alcool, en France : du vin, du cognac,  des eaux de vie, peut-être même du rhum ?
Et puis si on cultivait le pavot, en France, cela pourrait peut-être rapporter aussi de l’argent à l’état ?
Et si on fabriquait des armes ?…

Bon, arrête, tu vas devenir insolent.

jeudi 12 mai 2011

Kit mains libres

Filed under: Politique, Science, Société — Étiquettes : , , , , , , , , , , , — Jean-Luc @ 9:22

Ainsi, les pouvoirs publics commencent à s’apercevoir que, lorsqu’un conducteur a un téléphone portable dans une main et une cigarette dans l’autre, il est gêné pour passer les vitesses, tenir le volant, et régler le GPS. Sa conduite s’en ressent au point qu’il aurait une plus grande probabilité d’accident que s’il ne tenait que son volant, sans accessoires.

Il va donc être bientôt interdit de téléphoner en conduisant.

Ah bon, c’est déjà fait ?

Oui mais ils vont sévir et ça va être plus interdit. Il faut dire que 20 % d’augmentation de morts sur les routes en avril, ça la fout mal pour le petit Nicolas qui a toujours prétendu que, grâce à lui, il n’y avait quasiment plus d’accidents sur les routes de France. Et c’est difficile ici d’accuser les Tunisiens ou les Roms en situation irrégulière…

Je m’en fous disent certains : j’ai un kit mains libres…

Et ben non : des études très récentes, très approfondies et très fines permettent de constater que lorsqu’un conducteur téléphone, même avec un kit mains libres, son attention est détournée, son angle de vision se rétrécit, il accommode à l’infini et ne regarde plus que l’horizon en pensant à son interlocutrice, il n’entend plus le klaxon du gars qui le double, il oublie de mettre son clignotant, et il a quand même plus d’accidents que s’il ne téléphone pas.

Bon, c’est la science moderne qui nous le dit.

Moi, quand j’étais petit (et ça remonte loin !) il y avait un petit panneau à côté des conducteurs d’autobus : « Il est interdit de parler au conducteur. »

À mon avis, ils devaient déjà se douter de quelque chose.

Mais l’expérience des autres ne sert pas !

mardi 1 mars 2011

Ah, le « savoir-faire » de nos forces « de l’ordre » !…

Filed under: Migrants, Politique, Société, Violence — Étiquettes : , , , , , , — Jean-Luc @ 11:28


Voici un courrier envoyé à la ligue des Droits de l’Homme dont j’ai reçu une copie.
Sans commentaires.
Sauf peut-être que Frédéric Warion commence à faire des émules ?

dimanche 27 février 2011

Suspicion paranoïaque


Ah ! Enfin Hortefeux dégage.

Depuis le temps qu’il nous pompait l’air avec sa haine de « l’autre », sa suspicion paranoïaque permanente, ses tests ADN, ses centres de rétention administrative, sa police politique, ses déchéances de nationalité, ses murs de protection anti-Roms, ses lois anti-voile et ses miradors …
On va enfin pouvoir aérer un peu.

Comme je l’avais suggéré il y a un mois, s’il continue à être terrorisé par les étrangers, il n’a qu’à se construire un mur de protection autour de lui tout seul et nous laisser enfin respirer l’air de l’amitié avec ces peuples courageux qui osent se libérer de leurs tyrans-dictateurs-tortionnaires.

Nous, on sera beaucoup plus tranquilles.

samedi 5 février 2011

Le gendarme Frédéric Warion sort de l’anonymat

Le gendarme Frédéric Warion, commandant de la gendarmerie d’Alès, sort de l’anonymat : Frédéric Warion en avait probablement marre d’être contenu par le devoir de réserve qui empêche tout militaire, tout gendarme ou tout policier de se faire connaître en tant qu’individu, en le noyant dans la foule anonyme de ses collègues. Triste sort !

Je pense d’ailleurs depuis longtemps que si les policiers et gendarmes étaient distingués et individualisés par un numéro personnel unique inscrit en gros au dos de leur uniforme, à la place du traditionnel « Police », il y aurait moins de bavures. Si on pouvait identifier un policier ou un gendarme particulier sur une photo ou une vidéo, ils seraient probablement plus attentifs à ne pas faire n’importe quoi.

Alors qu’en l’état actuel des choses, ils peuvent commettre n’importe quelle violence sans être inquiété puisque personne ne peut les distinguer de leur voisin : « C’est pas moi, m’sieur, c’est sûrement un autre ! »

Frédéric Warion, commandant de la gendarmerie d’Alès, s’insurge aussi contre cet anonymat, et il a donc décidé de se faire connaître ; mais je ne suis pas persuadé qu’il ait choisi la meilleure méthode.

Le gendarme Frédéric Warion sort de l'anonymat

On le voit sur une vidéo amateur (de très bonne qualité, et qui a maintenant fait le tour de France – 650 000 vues), asperger de très près, avec une bombe de gaz lacrymogène, le visage d’honnêtes et paisibles manifestants du troisième âge, entourés d’élus locaux et accompagnés de quelques bambins.

Même les collègues gendarmes de Frédéric Warion, commandant de la gendarmerie d’Alès, sont effarés par sa violence envers d’innocents et pacifiques mamies et papys. Pour une fois, ils ne peuvent pas prétendre que ce n’était pas lui (les gendarmes ont souvent un esprit de corps très marqué) puisqu’on voit Frédéric Warion pratiquement en gros plan quand il serre la main d’un des élus locaux, avant la bagarre.

Je suis surpris que le petit Nicolas n’ait pas déjà proposé une loi interdisant aux commandants de gendarmerie de gazer des vieillards souffreteux et placides comme d’autres gazent les cafards dans les fonds de cuisine. Dominique Hasselmann vient d’écrire au ministre chargé de la gendarmerie nationale (je pense qu’il s’agit de Brice Hortefeux) pour lui demander de mettre hors d’état de nuire Frédéric Warion, ce dangereux cow-boy qui s’attaque aux passants dans les gares du midi.

Il faut faire connaître le gendarme Frédéric Warion, commandant de la gendarmerie d’Alès : il l’a cherché, il le mérite.

jeudi 4 novembre 2010

Aide médicale d’état (et cinéma…)


L’AME, Aide Médicale de l’État, va devenir payante.

De quoi s’agit-il ?

Jusqu’à récemment, les étrangers en situation irrégulière (comme toute personne sans ressource habitant en France) pouvaient bénéficier de soins médicaux gratuits.

En situation irrégulière ?
Ben oui : quand on est contraint de quitter son pays parce que son père, sa mère, ses frères et sœurs, sa femme et ses enfants ont été tués par l’armée, ou les rebelles, ou la malaria, ou la famine, ou les tsunamis, on n’a pas toujours le temps de demander un visa pour partir ailleurs. On peut donc se retrouver en France « sans papiers ». C’est interdit. L’OFPRA, qui délivre à certains migrants les papiers nécessaires (s’ils sont reconnus comme « réfugiés » pouvant bénéficier du droit d’asile) ne va pas toujours très vite. Et n’accepte pas tout le monde. Et il n’est pas toujours facile de se faire comprendre quand on ne parle que le tchétchène ou le tamoul.

Il se trouve donc sur le territoire français des gens qui n’ont pas le « droit » d’y être, mais qui souvent travaillent (pour subsister), et même paient des impôts. Et il arrive parfois que ces gens soient malades.

Il faut du courage pour aller demander des soins dans ces conditions, parce qu’on a toujours peur de se faire expulser manu militari (ou manu gendarmeri) après un court séjour en centre de rétention administrative. Surtout quand on risque d’être renvoyé dans un pays en guerre, ravagé par les tremblements de terre, et où sévit le choléra.

Puisque j’en suis aux centres de rétention, j’en profite pour faire de la pub au film « Illégal », sorti récemment sans grande publicité.

Illégal est un film admirable qui décrit dans le détail la vie en centre de rétention administrative, depuis l’arrestation dans la rue jusqu’aux tentatives d’expulsion musclée.
C’est un film fort et poignant, à voir et à faire voir à nos ministres, à nos députés, à nos dirigeants, et surtout à nos enfants (pas les trop petits : il y a des scènes très dures), pour qu’ils sachent ce que notre gouvernement essaie de (et a intérêt à) nous cacher.
Les permanents de la Cimade que je connais confirment l’authenticité de l’ambiance.
Ne pas se faire trop d’illusion devant la fin presque heureuse…

Fin de la pub.

Certains étrangers en situation irrégulière arrivaient pourtant à se faire soigner… gratuitement, grâce à l’AME.

« C’est terminé » ont dit nos députés de la majorité UMP libérale avancée et même avariée : désormais, il faudra payer pour être soigné. Non mais ! Déjà qu’on leur offre le gîte et presque le couvert, faudrait quand même pas qu’ils abusent. C’est le contribuable qui paie, et il n’aime pas ça. Si ça continue on ne sera pas réélus.

Donc, aux difficultés administratives vont s’ajouter les difficultés financières. Des gens qui gagnent (au noir, bien obligés) 500 euros par mois ne sont peut-être pas prêts à payer 30 euros pour soigner une petit toux fiévreuse. Au lieu d’être traités rapidement pour leur tuberculose, ils vont donc se retrouver très malades, et très contagieux, provoquant ainsi des dépenses bien supérieures à ce qu’aurait pu coûter un traitement précoce.
La plupart des médecins sont verts de rage.

On va bientôt les laisser crever sur le bord de la route (les migrants, pas les médecins, essayez de suivre un peu)…

Ce sera bien fait pour eux. Après tout, comme dirait Jean-Marie, on ne leur a pas demandé de venir chez nous !

lundi 18 octobre 2010

Tout va très bien, madame la marquise…


Depuis un mois, les manifestations conte la réforme des retraites se succèdent à un rythme de plus en plus serré. Entre 2,5 millions et 3,5 millions de manifestants à chaque fois (entre 237 320 et 312 750 selon la police), chiffre à peu près constant.

Le gouvernement affirme d’une part que le nombre de manifestants diminue à chaque manifestation (de 312 750 à 237 320 selon la police), ce qui est un signal fort qui lui est envoyé par lequel les Français lui signifient qu’ils comprennent et acceptent cette réforme. Et d’autre part que cela fait quand même de 64 687 250 à 64 762 680 (selon la police) Français qui ne manifestent pas, et sont donc manifestement très favorable à la politique du petit Nicolas. Et toc !

Le petit Nicolas, droit dans ses bottes, continue à affirmer qu’il avait promis dans sa campagne électorale qu’il retarderait l’âge de départ à la retraite, et qu’il est donc obligé de maintenir sa réforme pour tenir sa parole qui est d’or.

Environ 4000 stations-service ne peuvent plus fournir de carburant aux automobilistes.

Le sinistre des transports affirme que c’est faux, d’une part, et d’autre part que c’est dû au comportement incivil des Français qui ne sont pas prêts à partager avec leurs concitoyens, et qui se précipitent pour faire leur propre plein. Les égoïstes !

Parallèlement, le gouvernement met en place une cellule de crise intersinistérielle pour réfléchir à la façon de réapprovisionner les stations-service.

Bientôt, probablement, en plus des flics, CRS et autres gendarmes qu’ils envoient pour tirer au flashball sur nos gosses, ils enverront l’armée et les chars pour libérer les stocks de carburant.

Ah, on est bien !

jeudi 7 octobre 2010

Les gendarmes hors-la-loi

Filed under: Migrants, Politique, Société — Étiquettes : , , , , , , , , , , — Jean-Luc @ 14:54


Deux avocats d’associations de Roms et de « gens du voyage » viennent de porter plainte pour fichier non déclaré et conservation “de données à caractère personnel qui font apparaître les origines raciales et ethniques”, délits punis de cinq ans d’emprisonnement et 300 000 euros d’amende.

Les gendarmes ont en effet constitué un fichier appelé « MENS » (minorités ethniques non sédentarisés), parfaitement illégal puisqu’il enregistre des origines ethniques.

La gendarmerie dément l’existence de ce fichier. Les gendarmes sont des militaires, donc des « grands muets » ; on ne s’attend pas à ce qu’ils avouent.

Brice Hortefeux prétend qu’il n’est pas au courant. S’il n’est pas menteur (ce qui m’étonnerait), il est donc, lui aussi, incapable et incompétent !

Le gouvernement français pue de plus en plus. Le petit Nicolas avait annoncé un remaniement ministériel pour bientôt, mais je crains que les mauvaises odeurs viennent de plus haut…

mercredi 11 août 2010

Ne pas sourire

Filed under: Divers, Politique, Société — Étiquettes : , , , , , — Jean-Luc @ 23:03

Une dame de la Poste m’a fait remarquer que ma carte d’identité (hortefesque, sécurisée, inviolable et plastifiée) allait arriver à sa date limite de consommation. Je me suis dit qu’avec la situation actuelle des Roms, j’étais bon pour aller rechercher à Stockholm un acte de naissance de ma grand-mère suédoise, et son contrat de mariage avec un immigré alsacien, donc à peine français, pour arriver à prouver que j’étais bien moi, et bien aussi français.

Et ben surprise : non, pas du tout. C’est pas la peine : il suffit que j’apporte deux photos d’identité et une facture EdF. J’en suis resté sur le cul !

Mais là où je rigole, c’est dans le détail des prescriptions exigées pour la photo : « ne pas sourire, tête nue, de face… » Tête nue, à la limite, on imagine bien de quoi ils ont peur : c’est pour éviter les burqas et autres niqabs. Mais « ne pas sourire » ?

Est-ce Éric Besson qui craint qu’on se foute de sa gueule ? Estime-t-il que les forces « de l’ordre » seront incapables de reconnaître sur la photo d’un mec hilare le gars qui fait la gueule devant eux ?

Ou peut-être pense-t-il que dans l’humanité radieuse qu’il nous prépare, le sourire sera incongru, voire interdit ?

mercredi 28 juillet 2010

Chiens écrasés

Filed under: Migrants, Politique, Société — Étiquettes : , , , , , , , , — Jean-Luc @ 21:58


Chaque fois qu’une mobylette est volée en France, le petit Nicolas fait voter une loi pour interdire le vol de mobylette, vire le préfet local pour le remplacer par un vrai flic, si possible ancien chef du GIGN ou du RAID, et déclare la guerre aux délinquants en promettant qu’il nettoiera « les quartiers » au karcher.

Comme cela fait 8 ans que ça dure, puisqu’il a commencé au sinistère de l’intérieur, à mon avis, cela fait bien longtemps qu’il a perdu la guerre. Il voulait être jugé sur ses résultats : il serait peut-être temps de s’y mettre.

Mais ça ne l’empêche pas de stigmatiser d’un coup d’un seul « gens du voyage » et « Roms », en espérant probablement que cela atteindra aussi tous les tsiganes, arabes, nègres, homosexuels, communistes et étrangers divers. Ça mange pas de pain, et ça permettra peut-être à Éric Besson d’expulser encore plus de migrants, en situation irrégulière ou non, avec l’assentiment du bon peuple français, terrorisé à l’idée qu’un basané pourrait lui voler une poule.

Ça ressemble de plus en plus à 1940.

Older Posts »

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :