Entendre

jeudi 16 avril 2020

Quelle différence y a-t-il entre un lapin ?

Filed under: Langue — Étiquettes : , — Jean-Luc @ 13:35

Tiens, un petit coup de gueule à propos de la langue française malmenée par les présentateurs de la télévision, ici particulièrement ceux qui s’occupent de la météo.

La langue française permet de décrire le monde avec beaucoup de précision.
« J’ai été hier à Nantes » indique un déplacement que j’ai fait.
On peut préciser :
« J’ai été hier de Toulouse à Nantes », qui précise le point de départ.
On peut aller encore plus loin dans la description du voyage :
« J’ai été hier de Toulouse à Nantes, en passant par Orléans ».
On peut donc indiquer le point de départ, et un (ou plusieurs) point(s) de passage intermédiaire(s) éventuellement.
On peut même indiquer ce(s) dernier(s) sans préciser le point de départ :
« J’ai été hier à Nantes, en passant par Strasbourg ».

En fait, on peut pratiquement tout faire sauf omettre le point d’arrivée. Ainsi, on ne peut pas dire :
« J’ai été hier de Toulouse ».
Ni même :
« J’ai été hier de Toulouse, en passant par Strasbourg ».

C’est pourtant ce que s’autorisent la quasi-totalité de nos présentateurs météo lorsqu’ils annoncent :
« La perturbation traversera la France de l’Aquitaine, en passant par l’Île de France ».

Ce raccourci rappelle la célèbre question de Coluche : « Quelle différence y a-t-il entre un lapin ? », et révèle une absence totale de maîtrise de la langue française.
Pour des professionnels, c’est quand même dommage !

S’il vous plaît, présentateurs météo, dites-nous où elle arrivera, la perturbation, après être passée par l’Île de France !

 

mardi 5 octobre 2010

Le français ait mort parce que je l’est tué

Filed under: Divers, Langue, Société — Étiquettes : , , , , , — Jean-Luc @ 0:09


Nos enfants ne connaissent plus l’orthographe.
Pire, ils ne comprennent plus le sens des mots.

André Chervel, professeur de linguistique française, interrogé lundi, sur les journaux télévisés, ne peut imaginer que deux solutions : « laisser les choses en l’état, ou réformer l’ortografe. »

Il me semble que c’est une attitude bien pessimiste quant aux capacités d’apprentissage de nos chères têtes blondes. Et réformer l’orthographe n’empêchera aucun ignare d’écrire : « Le français ait mort parce que je l’est tué. » Je les sens bien capables d’aller jusque là si on ne les guide pas un peu dans la compréhension des mots. Ce n’est pas écrire « le français é mort parce que je l’é tué » qui changera quoi que ce soit.
En outre l’orthographe est porteuse de sens. Monsieur Chervel proposera-t-il d’écrire « iatil ancore un franssé dan la sale » ?

La confusion des verbes être et avoir est un des buts fondamentaux du libéralisme avancé. Il ne faudrait pas trop lui faciliter le travail !

J’ai une troisième solution à proposer : demander à nos jeunes d’apprendre l’orthographe, comme des millions de Français l’ont apprise, tant bien que mal, avant eux. Mais pour cela, il faut peut-être leur demander de faire un petit effort.

Les parents sont-ils prêts ?

mercredi 24 février 2010

Il n’est pas toujours facile d’être vraiment français…

Filed under: Elections, Migrants, Politique, Société — Étiquettes : , , , , — Jean-Luc @ 15:10

Nadia est française.

Complètement.

En février 2007, elle a épousé Mohamed Allouche qui, à cette occasion, a reconnu être le père de leur enfant Noufel, français comme sa mère, 11 ans aujourd’hui, et élève en CM2 à Montrouge.

Mohamed travaille dans une pizzéria, prend soin de sa famille, dans laquelle il est très présent et affectueux, tant auprès de son fils Noufel que de sa femme Nadia.

« Était présent » serait plus exact, puisque Mohamed, qui n’a pas obtenu de papiers, malgré les dossiers qu’il a déposés, a été expulsé de France (terre d’asile), le 7 mai 2009.

Depuis cette date, Nadia, française, se bat pour que le père de son enfant, français, lui soit rendu, et que sa famille ne soit pas stupidement détruite par une administration aveugle qui refuse de donner des papiers à des travailleurs sans problème et parfaitement intégrés.

Dialogue difficile car, si l’administration est aveugle, Nadia est sourde et muette. Et je ne suis pas certain que le sinistère de l’identité choisie et de l’immigration nazionale comprenne la langue des signes.

Nadia a enregistré pour vous deux petites vidéos dans lesquelles elle raconte son histoire, en langue des signes.

Elle est très déterminée, et demande votre aide, que vous pouvez lui accorder en signant une pétition demandant à l’État français de ne pas détruire des familles heureuses, uniquement pour essayer de conserver la pureté de la race française.

Race française… race française… ben oui, à propos, ils en sont où de leurs sondages pour essayer de définir l’identité nazionale de la race française ?

Nadia est candidate aux élections régionales de mars, sur une liste du Front de gauche.

De gauche ?

Ah ben oui. C’est sûr qu’elle en a marre de la droite extrême SarkoLePeniste…



Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :