Entendre

samedi 13 août 2011

La vente à découvert commence à faire des bulles

Filed under: Economie — Étiquettes : , , , , , , , — Jean-Luc @ 0:36


La France pourrait enfin interdire (comme l’Allemagne il y a un an) la « vente à découvert », mais sur quelques valeurs seulement, et pour quelques jours.

Ce système consiste à vendre cher le matin des actions qu’on n’a pas, pour les acheter ensuite bon marché le soir si elles ont baissé !
Le système inverse existe également : c’est le « règlement différé », qui consiste à acheter pas cher le matin des actions alors qu’on n’a pas d’argent, pour les revendre cher le soir si elles ont monté.

Dans les deux cas, on se retrouve avec un bénéfice confortable, surtout quand la Bourse monte ou descend de quelques % dans la journée, ce qui est le cas actuellement.

Je parle de soir et de matin, mais, avec les ordinateurs modernes, on peut gagner des fortunes en quelques microsecondes.

Mais dans les deux cas et en langage courant, vendre quelque chose qu’on ne possède pas, ou acheter sans payer, ça s’appelle du vol, ou de l’escroquerie.

En outre, celui qui vend bon marché le soir après avoir acheté cher le matin (ou celui qui achète cher le soir après avoir vendu pas cher le matin) est un con.

Interdire la vente à découvert est une première étape.
La suivante consistera à interdire la Bourse.

Publicités

mardi 6 avril 2010

Dérégulation

Filed under: Economie, Politique, Société — Étiquettes : , , , , — Jean-Luc @ 13:28


On le sait, depuis quelques temps (deux ans ?), le marché de l’électricité a été livré aux rapaces du capitalisme ultra-libéral. Avec des règles très spéciales : si on choisit un distributeur privé d’électricité, on ne peut plus revenir par la suite au tarif public régulé.

Il n’existe actuellement qu’un seul producteur d’électricité : EdF. Mais il y a d’autres escrocs distributeurs, privés, qui achètent « en vrac » des kWh à EdF, et les revendent avec un confortable bénéfice aux particuliers. Leur travail n’est pas très compliqué : un petit local en Tunisie avec un ordinateur pour tenir la liste des clients à jour et envoyer les factures, et un compte bancaire dans un paradis fiscal pour récupérer le fric sans payer trop d’impôts.

Pour gagner des clients, ils font miroiter des tarifs « vachement intéressants ». Certains tombent dans le piège et signent un contrat. Sans regarder le texte en tout petits caractères imprimés en orange foncé sur rouge clair auquel renvoie la petite astérisque qu’ils n’ont pas remarquée, et qui annonce pourtant que les tarifs peuvent évoluer librement… et patati et patata.

Ravis de payer leur électricité bien moins cher que celle d’EdF, ils sont tout étonnés l’année suivante de voir la facture grimper de 75 %. Et ceux qui cherchent à revenir au tarif régulé d’EdF (prix fixés par le gouvernement) découvrent avec stupéfaction que cela n’est pas possible ! C’est écrit dans la loi. Et nul n’est censé l’ignorer.

En clair, si on sort du tarif régulé, on ne peut plus y rentrer. C’est « l’effet cliquet ». Il s’agit pourtant de la même électricité, fabriquée dans les mêmes centrales nucléaires, et qui coule dans les mêmes tuyaux. Mais pas au même prix. La différence va dans la poche de l’escroc du distributeur privé.

Attention, même EdF vous propose maintenant des abonnements à tarif « concurrentiel » (c’est comme ça qu’ils appellent le tarif variable, moins cher au début, plus cher après), c’est-à-dire non régulé, donc susceptible d’augmenter selon leur bon vouloir, indépendamment du prix du pétrole et des injonctions gouvernementales.

Cela va très loin puisque si vous changez de logement aujourd’hui, vous n’êtes pas autorisé à revenir au tarif régulé si le précédent occupant avait préféré un distributeur privé. Même les sénateurs s’en étaient émus.

Et cela va bientôt s’aggraver : je me suis laissé dire qu’à partir du 1er juillet 2010, le tarif régulé ne sera plus proposé à personne, ni pour les nouvelles constructions, ni pour un changement d’habitation.

Accrochez-vous à votre tarif, il est en voie d’extinction.
Le libéralisme échevelé est en train de grignoter les derniers bastions du service public !

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :