Entendre

mardi 9 juin 2015

Alcool

Filed under: Economie, Politique, Publicité, Société — Étiquettes : , , , , , , , , — Jean-Luc @ 14:07


L’alcool :
500 000 emplois
50 000 morts par an.

Au nom du développement du commerce et du chiffre d’affaires, Emmanuel Macron (encore lui !), voudrait que l’on puisse faire de la communication (attention, il ne s’agit pas de publicité, c’est interdit) sur les produits alcoolisés, pour développer leur vente.

Cela assure la survie de 500 000 salariés qui travaillent à fabriquer du vin, de la bière, du pastis et autres produits toxiques. Parallèlement, cela conduit à 50 000 morts chaque année par abus d’alcool. Mais ceux-là ne travaillent pas (ou très peu) et n’augmentent pas le PIB.

À combien d’emplois sauvés évalue-t-on le prix d’un mort ?

J’ai une suggestion : obliger les 500 000 producteurs à consommer leur production. Avec 50 000 salariés producteurs morts par an, dans dix ans il n’y a plus de producteurs, donc plus de consommateurs et le problème est réglé.

Sinon, autre idée, on pourrait aussi favoriser la « communication » sur la cocaïne, l’héroïne et autres produits consommés par beaucoup (trop) de gens : cela permettrait de sauver les emplois des producteurs-cultivateurs, des chimistes-transformateurs, des transporteurs-passeurs, des vendeurs-grossistes, des dealers-détaillants et autres guetteurs-divers.
Là aussi, on doit pouvoir augmenter notablement le PIB en développant un circuit commercial trop peu soutenu !

Publicités

lundi 24 février 2014

Incroyable !…

Filed under: Economie, Publicité, Science, Société — Jean-Luc @ 15:44


GdF Suez Dolcevita (on se demande pourquoi ils ont besoin de trois noms pour s’identifier !) invente un appareil grâce auquel les gens, des clients ordinaires, vont pouvoir parler d’homme (ou de femme) à homme (ou à femme) à quelqu’un (une vraie personne vivante normale !) appartenant à cette entreprise, pour demander des renseignements divers : savoir quels sont les abonnements qu’ils peuvent obtenir, demander pourquoi leur facture a augmenté et tout ça et tout ça.

Cette nouvelle invention s’appelle « téléphone » (ce qui signifie « parler » [phone] « loin » [télé]).

Ce n’est pas vraiment récent puisque les premières tentatives réussies ont eu lieu en 1876 à la suite de plusieurs essais plus ou moins efficaces (http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9l%C3%A9phone)
Le nom de l’inventeur officiel de cet appareil révolutionnaire est Alexander Graham Bell, même s’il a été précédé par plusieurs autres bricoleurs plus ou moins chanceux.

Cette invention avait été gravement endommagée par les évolutions récentes, destinées à faire faire des économies aux entreprises (dont les charges sont tellement élevées !), et qui consistaient essentiellement à mettre en relation l’éventuel client potentiel avec une machine machine stupide machine stupide stupide machine qui disait machine avec une voix stupide de robot machine stupide « pour modifier votre contrat, tapez un, pour changer vos options, tapez deux, pour consulter votre facture, tapez trois, pour écouter la pub, tapez quatre, pour communiquer le relevé de votre compteur, tapez cinq, pour commander une pizza, tapez six, pour modifier vos coordonnées, tapez sept, pour annoncer une fuite, tapez huit, pour… pour… pour… pour… pour réécouter ce message, tapez quatre cent cinquante neuf ». Après quoi, et quelle que soit la touche tapée, la machine stupide annonçait machine « votre temps d’attente estimé… est de… douze minutes » puis elle faisait stupide attendre machine sept minutes. Puis elle machine raccrochait stupide.

Maintenant, et grâce à cette merveilleuse invention de GdF Suez Dolcevita, on aura accès directement à une vraie personne humaine normale, avec ses problèmes d’acné, de mauvaise digestion et de fins de mois difficiles, qui répondra depuis un bureau en Tunisie (parce que c’est moins cher) qu’elle ne peut pas répondre à votre question, essayez donc de voir sur notre site internet si vous ne trouvez pas une réponse…

« Une communication à visage terriblement humain ! » annonce la pub…
Mais comme c’est vrai ! Et comme ils ont raison !

J’attends avec impatience que la Poste, EdF et Orange découvrent à leur tour cette merveilleuse invention : le « téléphone » !
On va peut-être finir par pouvoir se parler directement sans passer par l’intermédiaire stupide de machines stupides machines ?

lundi 3 janvier 2011

Ultra-libéralisme

Filed under: Economie, Elections, Politique, Publicité, Société — Étiquettes : , , , , , , , , , , — Jean-Luc @ 18:25


M… V…, jeune député de l’E… et maire d’E… aux dents longues, considéré (
encore aujourd’hui) comme appartenant au P… S…  vient de déclarer :
« Nous devons déverrouiller les 35 heures. »

Dans la mesure où les 35 heures ont été mises en place il y a dix ans grâce au P… S…, cela peut étonner !
Mais il ajoute en outre :
« Cela doit permettre aux Français, pour ceux qui ont la chance d’avoir un emploi, de travailler davantage. »

Travailler plus… ?

Mais oui, oui, oui, et il va même jusqu’au bout de sa pensée :
« Je prône un dépassement des 35 heures, au nom même d’une augmentation des salaires, d’une augmentation du pouvoir d’achat. »

Sa pensée ? Euh, ben… enfin… oui, c’est c’la, oui… En clair : « Travailler plus pour gagner plus. »
Cela me dit bien quelque chose… mais quoi ?
Ne serait-ce pas plus proche de l’ultra-libéralisme sauvage que du P… S… ?

Y aurait-il une erreur ?

Ou va-t-il bientôt annoncer que le P… S… devrait aussi libérer les entreprises du poids des impôts qui les asphyxient, quitte à augmenter la TVA et les impôts sur le revenu ?

samedi 29 mai 2010

Trois en un

Filed under: Migrants, Musique, Publicité, Société — Étiquettes : , , — Jean-Luc @ 10:33


L’association « Rock sans papiers », la Cimade, la Ligue des droits de l’Homme, RESF, la CFDT, la CGT et quelques autres organisations anarcho-gauchistes, soutenues par la mairie socialo-communiste de Paris, organisent un événement à triple détente :

1- Un super-méga-concert rock à Bercy le samedi 18 septembre à 19 h.

2- Une bonne action : ce concert de soutien aux travailleurs et familles sans papiers servira à soutenir les travailleurs et familles sans papiers.

3- Un appel à signer une pétition de soutien aux travailleurs et familles sans papiers.

Être sans papiers n’est pas une maladie honteuse et incurable. C’est un état en général involontaire, dans lequel n’importe qui peut se trouver en essayant de fuir la misère ou les persécutions. Cela se soigne très facilement : il suffit que la société (notre société, eh oui !) qui exploite sans pitié les travailleurs sans papiers leur donne des papiers.
En plus, cela coûterait infiniment moins cher que de les expulser dans des conditions  souvent tragiques.

Cerise sur le gâteau : si vous commandez vos places avant le 30 juin, vous bénéficierez d’un tarif préférentiel (25 € au lieu de 29 €).

Cet événement et l’appel associé sont décrits en détail sur le site  :

http://www.rocksanspapiers.org/

mardi 5 janvier 2010

Paris-Dakar

Filed under: Economie, Publicité, Société — Jean-Luc @ 20:41

Il y a bien longtemps que le Paris-Dakar ne part plus de Paris.
D’où son nouveau nom qui est devenu simplement le « Dakar ».
Comme il n’arrive pas non plus à Dakar (déjà l’an dernier : il y avait trop de bougnoules pas sûrs en Afrique), on s’en fout un peu. On pourrait l’appeler le Rome-New Delhi, ce serait pareil.
En fait il va de Buenos Aires (Argentine) à Buenos Aires (Argentine) en passant par Santiago du Chili (Chili). C’est dire s’il n’a plus rien d’un Paris-Dakar. Mais bon, l’appeler « Buenos Aires-Buenos Aires » troublerait les esprits simples qui ne s’y reconnaîtraient plus.

Ah si ! Il y a quand même une tradition que l’on conserve de l’Afrique : les morts écrasés sur le bord de la piste. Le Dakar est un événement sportif « dur ». Pour des hommes. Des vrais. Des qui en ont dans le pantalon et qui n’ont pas peur de rien.
Comme d’habitude, outre les concurrents qu’on laisse crever au bord de la route quand ils ont eu un accident, on écrase quelques autochtones venus voir le spectacle d’un peu trop près.
On s’en fout : ce sont des analphabètes presque nègres, sans aucun pouvoir d’achat. Ce ne sont pas eux qui peuvent acheter la casquette avec écrit « Dakar » ou la parka avec écrit « Total ». Comme en plus on ne sait même pas très bien combien ils sont, cela ne fait pas vraiment de différence.
D’ailleurs sur le site officiel du « Paris-Dakar-Buenos Aires-Buenos Aires », il y a une page « sécurité » où ils disent qu’ils ont « un dispositif adapté et concerté ». C’est bien la preuve qu’ils y pensent. Et que c’est adapté. Alors les morts c’est bien qu’ils l’ont un peu cherché.

Il y a aussi une page boutique sur leur site, mais ce n’est pas pour les autochtones qui n’ont même pas Internet, les nuls !

jeudi 31 décembre 2009

Taxe locale sur la publicité extérieure

Filed under: Economie, Politique, Publicité, Société — Jean-Luc @ 17:08

La publicité défigure notre environnement et notre cadre de vie!
Nos villes et villages (en particuliers leurs entrées et sorties) sont saturés d’affiches géantes : sur l’une, une jeune femme presque nue à la poitrine généreuse et aux cuisses accueillantes nous invite à acheter des yaourts au fifilus protactif ; sur une autre, une jeune femme presque nue à la poitrine généreuse et aux cuisses accueillantes nous recommande de nous abonner à Internet par l’intermédiaire d’Oeufrit ; sur la suivante, une jeune femme presque nue à la poitrine généreuse et aux cuisses accueillantes nous suggère de rouler en 4×4 Tougrotas (24 soupapes, 8 vitesses, 450 chevaux, 23 litres au 100 km, profitez vite de la prime à la casse avant qu’elle disparaisse)…
La publicité nous prend pour des cons. La publicité nous rend cons.

La loi du 4 août 2008 « de modernisation de l’économie » autorise pourtant les maires à taxer les affiches, réclames et enseignes lumineuses.
Et que croyez-vous qu’ils font, les maires, depuis 2008 ?
Rien !
Ils ne veulent probablement pas se mettre à dos le concessionnaire Tougrotas ou le supermarché local.

Mais… Mais… Mais voilà qu’en novembre, la taxe professionnelle, qui permettait aux maires de récolter un peu d’argent, a été supprimée.

Les maires ont longuement réfléchi et, pour remplacer ce manque à gagner, certains ont décidé d’utiliser cette « taxe locale sur la publicité extérieure » pour renflouer un peu leurs caisses.

En conséquence, les entreprises commencent à démonter les panneaux publicitaires pour ne pas avoir à payer cet impôt. Elles nous rendent ainsi l’espace un peu plus respirable.
Et on va enfin pouvoir constater que les gens achètent toujours des yaourts, même s’il ne voient pas d’affiches.

On n’utilise pas assez le levier financier pour redonner au paysage un peu d’air pur.

dimanche 13 décembre 2009

Copenhague

Filed under: Economie, Publicité, Science, Société — Jean-Luc @ 14:53

Avec « Copenhague », on entend beaucoup parler de voitures électriques, voitures miracles « qui ne polluent pas ».

J’ai déjà dit ce que j’en pensais, mais je le dis encore, car (principe fondamental de l’enseignement) il faut le redire jusqu’à ce que ce soit bien compris !

On pourrait s’imaginer que si chacun branche tous les soirs sa voiture sur la prise électrique du garage au lieu de passer à la pompe, on arrive à zéro pollution.
Eh ben non !

Il n’existe pas de « mine d’électricité », ni d’endroits où l’électricité coulerait toute seules dans les fils d’EdF.
L’électricité, ça se fabrique, dans des centrales équipées de gros alternateurs qui fonctionnent grâce à la combustion de charbon, de gaz ou de pétrole. Si bien que chaque fois qu’une voiture électrique parcourt 100 km, il a fallu brûler 15 ou 20 litres de pétrole pour fabriquer l’électricité qu’elle a utilisée.

Alors oui, la pollution ne se fait pas à l’endroit même où la voiture roule, et ça peut rendre l’air de Paris un peu moins irrespirable. Mais le CO2 est fabriqué quand même, ailleurs, et le bilan carbone est le même (ou pire parce que toute transformation d’énergie se fait avec perte…).

Le summum de cette hypocrisie a été atteint hier par la présentation à la télé d’une voiture révolutionnaire à air comprimé. Zéro pollution. Rien que de l’air pur, « encore plus pur que l’air normal, parce qu’il faut le filtrer » précisait l’inventeur. Naturellement, aucun journaliste n’a été suffisamment astucieux pour poser la seule question importante : « Et comment comprime-t-on l’air ? »
Car cette voiture « révolutionnaire » nécessite évidemment un compresseur… qui tourne grâce à un moteur à pétrole !

Comment ? Les centrales françaises ne fonctionnent pas au pétrole ?

Ah oui, vous avez raison. En France l’électricité est nucléaire.

C’est pire.
Chaque km parcouru par une voiture « nucléaire » produit des déchets radioactifs que personne ne sait traiter, dont personne ne sait quoi faire, et qu’on se contente de stocker dans un coin en espérant que les générations futures trouveront, elles, un moyen pour s’en débarrasser.

C’est bien la première fois dans l’histoire de l’humanité qu’une génération laisse ses enfants se débrouiller avec des produits si sales et si dangereux qu’il faut les faire garder par l’armée…

mercredi 21 octobre 2009

Taser s’essaie à la science

Filed under: Divers, Publicité, Science, Société — Étiquettes : , — Jean-Luc @ 23:51

Depuis des années, Amnesty International (entre autres), dénonce l’utilisation du Taser par les forces dites « de l’ordre ». Elle rappelle que plus de 300 personnes sont mortes après avoir reçu une décharge de cette arme soi-disant non-létale.

La société Taser elle-même continuait sa propagande en niant tout effet nocif possible de la décharge de 50 000 volts de son pistolet électrique. Dans notre société libérale avancée, il faut quand même penser au chiffre d’affaires et au cours de l’action…
Il semblerait qu’elle mette un peu d’eau dans son vin, puisqu’elle vient de recommander aux personnes qui utilisent cette saloperie de ne pas tirer dans la poitrine : « Les recherches ont conclu que la distance qui sépare le cœur du dard d’un pistolet est le premier facteur explicatif d’un effet sur le cœur » !

Si même Taser commence à faire des recherches sur les effets cardiaques des décharges électrique, où va-t-on ? Étonnant, non ? Qui aurait pu croire qu’en envoyant une décharge de 50 000 volts dans la poitrine d’un homme, on avait plus de chances de provoquer un arrêt du cœur qu’en tirant sur un mollet ?

Néanmoins, la compagnie rappelle avec assurance et fermeté que les éventuels problèmes sont surtout dus à la consommation de drogues, ou à des maladies cardiaques antérieures.

Ben voyons !

vendredi 16 janvier 2009

Les publicitaires nous prennent pour des cons

Filed under: Economie, Publicité — Jean-Luc @ 10:20

J’avais cru comprendre que Patrick de Carolis avait été contraint par le petit Nicolas de se tirer une balle dans le pied en interdisant lui-même la publicité sur les chaînes publiques puisque l’Assemblée n’avait pas été assez rapide pour satisfaire les caprices de notre maître à tous.

Mais je constate quand même que, sur France 2 par exemple, on nous fourgue après le journal du soir une météo « avec Darty » ou « avec M. Bricolage », et on nous impose même des petits saletés sans aucun intérêt, des nullités intitulées « partir avec Jet Tours ».

Alors de deux choses l’une :
– ou bien la publicité n’est pas vraiment interdite, et le petit Nicolas s’est fait avoir par Patrick de Carolis.
– ou bien elle est effectivement interdite et toutes ces petites saletés sont totalement illégales…

En cherchant un peu sur Internet, on trouve l’info suivante :
Dans le cadre de la suppression de la publicité sur France Télévision, France 2 lance « Partir », programme court d’une minute sur le thème du voyage, parrainé par Jet tours, premier annonceur partenaire de cette nouvelle grille.

Alors on peut se demander : est-ce qu’ils paient ou non ? Que signifie « parrainé » et que signifie « annonceur partenaire » ?

Et il reste peut-être une question subsidiaire : c’est quoi la publicité ?
Est-ce que ça ne serait pas
« l’annonce » faite par un « partenaire » qui « parraine » une émission ?

jeudi 8 janvier 2009

Paris Dakar via Valparaiso

Filed under: Economie, Publicité, Société — Jean-Luc @ 17:35

Ah, le Dakar : l’aventure, le rêve, le sable, les machines, la fraternité, le désert, le soleil, la camaraderie, l’inconnu, l’aventure, la découverte, la chaleur, les potes, l’odeur d’huile des moteurs, le champagne, les dromadaires, l’aventure, les étapes impromptues dans des petits villages perdus, les moteurs, l’entraide, l’aventure…

Et puis aussi le Dakar : tout ce fric perdu pour rien dans des pays qui crèvent de faim, ses accidents de voiture, de moto, de camion, d’hélicoptère, ses 52 morts, ses sympathiques enfants noirs ravis écrasés par les bolides, le choc des civilisations (civilisation normale blanche civilisée intelligente friquée motorisée blanche contre civilisation pas civilisée noire pauvre pas très astucieuse sans moteur noire et sans fric)… mais on a tant à leur apporter, et d’ailleurs on leur apporte tant quand on leur offre des petits drapeaux qu’ils peuvent agiter au passage des 4×4 qui écrasent leurs gosses, d’ailleurs ils sont tellement contents qu’ils en redemandent !

Et puis brutalement : une incompréhension, des craintes de terrorisme, la trouille, quoi ! Et voilà que le Dakar devient le Dakar en Amérique du Sud.

Mais Dakar, c’est en Afrique !
Ah ben oui, mais l’Amérique du Sud, c’est le rêve, l’aventure, les moteurs, le désert, la camaraderie, les machines, le sable, la chaleur, la fraternité, la découverte, l’odeur d’huile des moteurs, le soleil, les étapes impromptues dans des petits villages perdus, l’inconnu
, le champagne, les lamas, les potes, l’aventure…

Ah ben tiens, on n’y avait pas pensé.

Il y en a un qui y a peut-être pensé, à la camaraderie, en tout cas : c’est Pascal Terry, celui qui est crevé d’une embolie pulmonaire derrière un buisson, après avoir vainement attendu des secours pendant plusieurs jours.

Le parcours a changé, mais pas l’état d’esprit.

Camaraderie ?
Il n’y a pas un mot sur ce non-événement sur le site officiel du Dakar.
Mais vous pouvez acheter là une casquette, un porte clés ou un tee-shirt. Non, pas avec le nom de Pascal Terry écrit dessus, faut pas charrier !

Camaraderie mon cul.

Ils ont tous des GPS, des radios, des balises Argos, des fusées de détresse…

Mais quand il n’y a que le fric qui compte, la détresse n’intéresse personne…

Older Posts »

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :