Entendre

mercredi 25 janvier 2012

La semaine des quatre jeudis

Filed under: Elections — Étiquettes : , , , , , , , — Jean-Luc @ 11:49


Il commencerait à envisager qu’il pourrait perdre…

Il l’a dit devant des journalistes : s’il perd, il arrête la politique, et se met à la semaine de trois jours, du mardi au jeudi. Ce que, dans ma jeunesse, on appelait la « semaine des quatre jeudis » car en ce temps-là, il n’y avait pas d’école le jeudi,.

Évidemment, il ne peut pas être plus chef qu’actuellement. Donc il ne peut que devenir moins chef. Quelle dégradation pour ce petit ambitieux…

Mais quand même, la semaine de trois jours : ce sera travailler moins. Donc probablement gagner moins. Avec quoi va-t-il acheter ses Rolex ?

Enfin, bon : tant qu’il n’est pas candidat, il ne peut pas perdre !
Mais s’il n’est pas candidat il ne 
gagnera pas non plus.
Quel dilemme !

Enfin, ça fout les chocottes à l’UMP parce que, s’il n’est pas candidat, ils n’ont personne pour le remplacer.

Ah non : on ne peut pas remplacer le petit Nicolas…

Heureusement !

samedi 14 janvier 2012

AAA

Filed under: Economie, Elections, Politique — Étiquettes : , , , , , , , , , , — Jean-Luc @ 0:36


Vendredi 13 janvier, à 100 jours pile des élections présidentielles, le triple AAA de la France est abaissé en AA+ par Standard & Poor’s !

Ce n’est pas bon pour la réélection du petit Nicolas qui, depuis cinq ans, nous a conduits avec obstination dans ce merdier. Heureusement, on ne sait pas encore s’il sera candidat.
Mais je pense qu’il aurait dû se méfier du vendredi 13. Et il va y en avoir d’autres cette année… en avril par exemple, 9 jours avant le premier tour. Faudrait pas qu’on passe ce jour-là à A – !

Bon, le Portugal est abaissé à BB mais ce n’est pas vraiment une consolation.

Si le petit Nicolas avait un peu de fierté, il déclarerait la guerre à Standard & Poor’s.

jeudi 12 janvier 2012

Candidature

Filed under: Elections — Étiquettes : — Jean-Luc @ 23:17


Allez, dans 100 jours on le vire.
Mais on ne sait pas encore s’il sera candidat…
Cette attente est vraiment insoutenable !

jeudi 5 janvier 2012

TVA sociale


Vous n’y comprenez rien ?

C’est pourtant simple :
On réduit les cotisations sociales des entreprises, qui servent à alimenter la sécu. Donc les entreprises gagnent du fric. Plus de fric.

Mais la sécu en perd.
Pour ne pas que ça se voie trop, il faut trouver d’autres sources de financement pour la sécu.

C’est simple : on va piocher dans la poche des prolétaires. Par l’intermédiaire d’une augmentation de TVA, qu’on appellera « TVA sociale ».

La TVA est l’impôt le plus injuste qui soit : quand vous achetez une baguette 1 €, l’état vous pique 5 centimes. Que vous soyez PDG de L’Oréal ou smicard.
Les pauvres payent proportionnellement beaucoup plus que les riches. Surtout que les riches mangent proportionnellement beaucoup moins de pain.

Avantage : les entreprises ayant moins de dépenses vont pouvoir embaucher plus, peut-être, et vendre moins cher, si ça les tente… à l’étranger, parce qu’en France, la diminution sera compensée par l’augmentation de TVA.

Inconvénient : les travailleurs paieront plus, grâce à cette TVA. C’est eux qui financeront la sécu à la place des entreprises. Ils auront donc tendance à acheter moins. Donc les entreprises vendront moins. Donc elles vont moins gagner de fric, et embaucher moins.

Bilan global : augmentation des prix et augmentation du chômage.

Ah, c’est pas simple, l’économie…

TVA sociale… Vous avez dit « sociale » ?

dimanche 1 janvier 2012

2012

Filed under: Elections, Politique — Étiquettes : , , — Jean-Luc @ 10:52


2012 sera forcément une bonne année :
c’est celle où nous allons enfin virer le petit Nicolas !

Et youpiiiiie

mercredi 7 septembre 2011

Tchernobyl et algues vertes


Il y a longtemps qu’on s’en doutait : maintenant on en est sûrs ! Les algues vertes ne sont pas bonnes. Cet été, trente-six sangliers sont morts en allant trottiner sur les plages bretonnes, au milieu les algues vertes. Aujourd’hui, de vrais scientifiques affirment que le H2S que dégage la décomposition de ces algues est aussi dangereux pour l’homme que pour les sangliers.

Le scientifique « petit Nicolas » avait, lui, affirmé que « l’environnement, ça suffit comme ça », et qu’il fallait aussi laisser les agriculteurs et cochoniculteurs travailler, même salement. On cherche ses voix où on peut, mais je ne suis pas sûr que les agriculteurs bretons pèsent autant électoralement que les familles qui vont se baigner sur les plages de Bretagne.

Enfin, on verra dans quelques mois…

Ce qui nous manque, dans le domaine des algues vertes, c’est un professeur Pierre Pellerin qui affirmerait avec conviction que le nuage des algues vertes n’a pas pu pénétrer les frontières de la France, et que de toute façon, ce qui est passé n’a eu aucune conséquence parce que c’était négligeable, et que, même s’il y a maintenant des malades, on ne peut pas faire de relation causale parce que c’était il y a très longtemps, et ils peuvent avoir attrapé leur maladie n’importe où et n’importe comment.

Il suffit de le dire avec assurance !

samedi 27 août 2011

Les erreurs de l’économie, et la « règle d’or »


Au commencement était le troc.

J’ai besoin d’un couteau. Je rencontre un gars qui en a un, et qui a faim. J’échange ma vieille poule, dont je n’ai plus l’usage, contre son couteau. Tout le monde est content.

Inconvénient : quand j’ai envie d’une vache, il faut que je trouve 120 ou 130 poules pour les troquer contre la vache. Comme on n’a pas toujours 130 poules sous la main, on a fini par inventer l’argent.

Des coquillages, de l’or, des pièces métalliques… peu importe. Des objets qui plaisent à tout le monde, et qui ont une forte valeur.

Avantage : je peux économiser pendant plusieurs années l’équivalent d’une vache sans crainte que mes poules meurent ou tombent malades avant que j’aie pu les troquer contre une vache.

Inconvénient : l’argent n’a pas d’utilité en soi, mais comme il se conserve bien et qu’il permet d’acheter n’importe quoi, on finit par le rechercher pour lui-même. On le met de côté et on en fait des gros tas qu’on stocke dans des coffres où il n’est d’aucune utilité puisque son seul intérêt est l’échange commercial.

L’invention de l’argent est la première erreur de l’économie.

Deuxième erreur de l’économie : le prêt.

Il est difficile de l’éviter totalement. Même dans le cas du troc, si je rencontre le gars qui a un couteau alors que je n’ai pas ma poule sur moi, je peux essayer de lui emprunter le couteau jusqu’à ce que j’aie retrouvé ma poule et que je l’aie apportée au gars pour lui rembourser son prêt.

Ça peut fonctionner. Mais il ne faut pas que cela devienne une pratique permanente : si j’emprunte une poule pour rembourser le gars qui m’a prêté son couteau, je reste débiteur et, à long terme, je ne m’en sors pas !

Madoff a construit un système de ce genre… il a été condamné à 150 ans de prison (ce qui est beaucoup trop ! Comme il a déjà plus de 70 ans, il fera au mieux 20 ou 25 ans).

Mais la véritable catastrophe arrive avec le prêt à intérêt : j’emprunte le couteau du gars qui me dit d’accord, mais tu me rembourseras deux couteaux.

Quand en plus cela arrive après l’invention de l’argent, on finit par trouver des gens qui prêtent leur argent pour en gagner.
Tu as besoin de 100 dollars. Je te les prête, et tu m’en rendras 120 l’an prochain.

Ce système est parfaitement immoral et dégueulasse puisque les gens qui n’ont pas de quoi vivre et qui sont obligés d’emprunter pour manger finissent par payer plus cher : ils doivent rembourser des intérêts que rien ne justifie, en plus de ce qu’ils ont emprunté.

Alors que ceux qui ont beaucoup d’argent n’ont pas besoin de « travailler plus pour gagner plus ». Ils n’ont même plus besoin de travailler du tout : il leur suffit de prêter une partie de l’argent qu’ils ont pour gagner largement de quoi manger, aller au cinéma et même partir en vacances sur leur propre yacht au lieu d’emprunter celui des copains.

Le prêt à intérêt devrait être interdit. Il est d’ailleurs interdit par la Bible (Deutéronome 23,19) et a donc été longtemps interdit par l’Église chrétienne. Il est également interdit par le Coran. Il n’y a guère que les ultra-libéraux riches et pas trop catholiques qui trouvent que le prêt est très bien pour gagner de l’argent sans trop se fatiguer, ou pour dépenser l’argent qu’ils n’ont pas, tant qu’on leur en prête.

Le petit Nicolas commence à être très embêté avec tous les prêts qu’il n’arrive pas à rembourser parce qu’il a vraiment emprunté beaucoup trop d’argent. Dans le cas des familles, il y a des commissions de désendettement qui expliquent qu’il faut arrêter d’utiliser la carte bancaire à débit différé, mais pour le petit Nicolas, rien n’a été prévu !

C’est pourquoi il voudrait que soit écrite dans la Constitution la « règle d’or » : l’État ne doit pas emprunter plus qu’il ne pourra rembourser. Autrement dit, l’État ne doit pas dépenser plus qu’il ne gagne. Ça fait penser à un drogué qui dirait : « Interdisez-moi d’acheter de la drogue sinon je ne m’en sortirai pas ! »

N’oublions pas que c’est quand même lui, le petit Nicolas, qui a enflé la dette publique de façon dramatique depuis qu’il est président. Et il n’était pas obligé. Alors plutôt que proposer une loi pour réduire les déficits, il pourrait tout simplement réduire les déficits, s’il pense qu’il faut le faire… Il n’a pas besoin de loi pour cela : c’est quand même lui le chef ! Emprunter ou ne pas emprunter : c’est lui qui décide.

En plus, pourquoi veut-il réduire le déficit ? Pour conserver la note « AAA » de meilleur élève de l’économie décernée par les « agences de notation », ces inconnus ignares devant lesquels le monde entier se prosterne. Et pourquoi veut-il conserver cette note de premier de la classe ? Pour pouvoir emprunter à des taux avantageux !

Est-ce qu’il n’a pas l’impression de se mordre un petit peu la queue ?

En plus, avec les principes du petit Nicolas, qui refuse d’augmenter les impôts, il va être difficile, voire impossible de réduire le déficit. Même s’il revend son « Air Sarko One » à 260 millions d’euros, et même s’il réduit les frais de champagne à l’Élysée.

Ah, sauf peut-être s’il ferme tous les hôpitaux, s’il ferme toutes les écoles, s’il ferme tous les tribunaux en virant tous ces parasites de fonctionnaires qui y glandouillent sans rien produire qui rapporte un tant soit peu d’argent…

Mais cette « règle d’or » est une telle évidence qu’elle aurait pu être énoncée par un enfant de 6 ans. On ne comprend pas pourquoi il a fallu attendre le petit Nicolas pour proposer une telle banalité. On a l’impression que ce président, qui devrait être le summum de l’élite de la nation, le top de l’intelligence, un puits de sciences, découvre tout à coup ce que sont une addition et une soustraction…

Enfin… Je me doute de la raison de cette proposition : comme il sait qu’il n’a aucune chance d’être réélu dans quelques mois, il glisse des peaux de banane sous les pieds de la gauche qui sera obligée de réduire les dépenses de l’Élysée, de revendre « Air Sarko One », et d’augmenter les impôts en même temps pour arriver à faire fonctionner les écoles et les hôpitaux !


lundi 22 août 2011

… ou généralissime ?

Filed under: Elections, Politique, Violence — Étiquettes : , , , , , , , — Jean-Luc @ 21:29


Si j’avais été le clown-tyran-colonel-tortionnaire Kadhafi (ce qu’à Allah ne plaise !), je me serais élu général avant d’être envoyé devant la Cour pénale internationale.

Ça aurait quand même eu plus de gueule !

mardi 21 juin 2011

Le prix de l’éducation


Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance. (Abraham Lincoln)

– Bon, François, tu me vireras 16 000 postes d’enseignants en septembre, et tu fermeras 1 500 classes en primaire. L’enseignement coûte très cher, il ne rapporte absolument rien, et en plus c’est rien que des repères de gauchistes…

– Mais, Votre Altesse Sérénissime, n’oubliez pas (si je puis me permettre d’oser argumenter devant Votre Béatitude) que Votre Bienheureux Poste de Guide Suprême sera remis au vote populaire (maudit soit-il) dans une dizaine de mois… Cette mesure risque d’être très impopulaire et votre avenir pourrait en pâtir.

– Ah, tu as raison, pour une fois. Essaie donc de supprimer plutôt des classes techniques. Ces gens-là ne comprennent rien à rien, ça passera probablement plus facilement. Et puis annonce donc qu’on ne fermera rien pour la rentrée 2012. Comme ça, s’ils ne votent pas pour moi…

samedi 4 juin 2011

Le prix de la guerre

Filed under: Economie, Elections, Politique, Violence — Étiquettes : , , — Jean-Luc @ 22:47


Remplir sa déclaration d’impôts est l’occasion de jeter un œil sur la façon dont notre gouvernement dépense ce qu’il nous soustrait.

On peut ainsi constater (déclaration de François Baroin) que 10,2 % de nos dépenses sont (officiellement) consacrées à la guerre (achats de Rafales, bombes atomiques, bombes pas atomiques, mines anti-personnel, sous-marins nucléaires, missiles, drones, canon divers et autres hélicoptères de combat). Cela représente une somme de 37,4 milliards d’euros pour 2011, soit presque 600 euros par Français, du nouveau-né au vieillard.

Et cela ne comprend certainement pas tout ; il doit bien y avoir en particulier des tas de labos (le CEA, le CNRS ou divers autres, non recensés comme « militaires ») qui effectuent des travaux sur les armes chimiques, bactériologiques ou autres façons d’exterminer son prochain aussi efficacement que possible.

On ne s’étonnera pas que ce montant attribué à la guerre soit en augmentation (en 2010, les 37,1 milliards dépensés pour la guerre ne représentaient que 8,8 % de nos dépenses), puisque le nombre de guerres dans lesquelles la France est engagée pour satisfaire les (mauvaises) humeurs du petit Nicolas ne cesse de croître (Afghanistan, Côte d’Ivoire, Libye…).

On peut également constater que la « charge de la dette » est passée de 43,0 milliards à 45,4 milliards, ce qui montre bien que le petit Nicolas ne fait pas vraiment d’efforts pour rembourser notre dette : il s’en fout complètement, dans un an il ne sera plus là, et laissera à son successeur le soin de remettre la France sur pied… si c’est encore possible.

« Newer PostsOlder Posts »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :