Entendre

samedi 4 juin 2011

Le prix de la guerre

Filed under: Economie, Elections, Politique, Violence — Étiquettes : , , — Jean-Luc @ 22:47


Remplir sa déclaration d’impôts est l’occasion de jeter un œil sur la façon dont notre gouvernement dépense ce qu’il nous soustrait.

On peut ainsi constater (déclaration de François Baroin) que 10,2 % de nos dépenses sont (officiellement) consacrées à la guerre (achats de Rafales, bombes atomiques, bombes pas atomiques, mines anti-personnel, sous-marins nucléaires, missiles, drones, canon divers et autres hélicoptères de combat). Cela représente une somme de 37,4 milliards d’euros pour 2011, soit presque 600 euros par Français, du nouveau-né au vieillard.

Et cela ne comprend certainement pas tout ; il doit bien y avoir en particulier des tas de labos (le CEA, le CNRS ou divers autres, non recensés comme « militaires ») qui effectuent des travaux sur les armes chimiques, bactériologiques ou autres façons d’exterminer son prochain aussi efficacement que possible.

On ne s’étonnera pas que ce montant attribué à la guerre soit en augmentation (en 2010, les 37,1 milliards dépensés pour la guerre ne représentaient que 8,8 % de nos dépenses), puisque le nombre de guerres dans lesquelles la France est engagée pour satisfaire les (mauvaises) humeurs du petit Nicolas ne cesse de croître (Afghanistan, Côte d’Ivoire, Libye…).

On peut également constater que la « charge de la dette » est passée de 43,0 milliards à 45,4 milliards, ce qui montre bien que le petit Nicolas ne fait pas vraiment d’efforts pour rembourser notre dette : il s’en fout complètement, dans un an il ne sera plus là, et laissera à son successeur le soin de remettre la France sur pied… si c’est encore possible.

Publicités

2 commentaires »

  1. Mais ces dépenses, cela représente des dizaines de milliers d’emplois (penser au GIAT, aux usines Renault, etc.) : donc tu voudrais encore augmenter le chômage ?

    C’est totalement irresponsable !

    Commentaire par Dominique Hasselmann — dimanche 5 juin 2011 @ 7:01

    • Non, non, non, pas du tout : on embauche tous ces salariés au service de la guerre dans l’Éducation nationale.
      Ou dans les hôpitaux, qui en ont bien besoin depuis que la guerre fait des ravages.

      Commentaire par Jean-Luc — dimanche 5 juin 2011 @ 15:30


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :