Entendre

samedi 2 avril 2011

Fukushima… et divers !


Il a suffi que je m’éloigne trois semaines au soleil pour qu’ils nous mettent en vrac Fukushima, la guerre en Libye et le retour de Gbagbo.

Je reviendrai certainement sur Fukushima qui montre enfin, comme le déclare Denis Clerc dans Alternatives économiques qu’une probabilité même très faible d’un risque illimité n’est pas acceptable…

Pour aujourd’hui, je me contenterai de deux remarques :

La première pour constater que la guerre en Libye est en mauvaise passe depuis que nos avions ne peuvent plus aller bombarder les troupes de Kadhafi pour cause de mauvais temps : nuages, vent, et peut-être même pluie. Souhaitons que nos prochain ennemis ne choisissent pas l’hiver pour nous attaquer…

La seconde pour souligner l’augmentation des tarifs du gaz de 5,2 %, qui porte à 20 % l’augmentation depuis un an. Non, ce n’est pas un poisson d’avril. Personne n’a jamais pu expliquer clairement pourquoi le prix du gaz était indexé sur celui du pétrole, un peu comme si le prix de la banane était lié à celui du papier… GdF-Suez-Dolcevita fait, comme Total, des bénéfices faramineux qu’il redistribue largement à ses actionnaires. On ne voit donc pas vraiment ce qui justifie cette augmentation ! L’habitude, peut-être ? Néanmoins, le gouvernement (qui doit bien sentir l’indécence de cette augmentation) va réfléchir à un gel des tarifs, jusqu’à la prochaine élection présidentielle.

Jusqu’à la prochaine élection présidentielle ?
Oui : jusqu’à la prochaine élection présidentielle.
Et après ?
Ben après… on verra !

Ils nous prennent encore pour des cons ?

Si j’étais le petit Nicolas, tant qu’à faire, puisqu’il ne sera pas réélu, j’aurais déclaré un gel illimité et définitif des tarifs. Ça m’aurait peut-être rapporté quelques voix de plus. Je me demande s’il est encore capable de réfléchir.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :