Entendre

mercredi 26 mai 2010

Le prix d’un mort

Filed under: Economie, Politique, Société — Étiquettes : , , , , , , — Jean-Luc @ 11:16


BP n’a jamais annoncé que ses plates-formes pétrolières offshore n’étaient pas sûres.

Cette remarque n’est pas une plaisanterie. Elle découle « naturellement » de la marée noire qui s’étale depuis plus d’un mois en Louisiane.
Avant la catastrophe, BP ne disait rien. Tout allait bien, la sécurité était assurée. Il n’y avait aucun problème.

Depuis l’explosion de la plate-forme, BP annonce, l’air un peu coincé quand même, qu’il (ou elle ? BP est-il/elle du genre féminin ?) paiera les dégâts. À combien BP évalue-t-il/elle le « prix » d’un oiseau mort ? À qui BP règlera-t-il/elle ce prix ? À la famille de l’oiseau ?

C’est bien un des problèmes de notre société libérale avancée (tellement avancée qu’elle commence à pourrir sur pied et à puer ferme), où l’on « compense » par le fric les conneries qu’on n’a pas voulu éviter.
Je dis bien « pas voulu » et non pas « pas pu ». Car il ne s’agit pas de problèmes techniques, mais de négligence volontaire et cynique : « Ne perdons pas de temps avec la sécurité, il y a trop de “manque-à-gagner” si on ralentit la production ».

D’où l’explosion, les onze morts, et l’engagement a posteriori de BP de « payer les dégâts ». Cela leur serait revenu infiniment moins cher de régler les problèmes techniques de sécurité en amont, avant l’explosion.

Revenons à ma remarque du début :
EdF n’a jamais annoncé que ses centrales nucléaires n’étaient pas sûres.

Ah ben si : c’est la même question. Tant que l’accident ne s’est pas produit, tout va bien, la sécurité est assurée. Il n’y a aucun problème.
Combien de fois faudra-t-il rappeler que l’accident est, par essence, imprévisible ? Si l’on savait prévoir les accidents, il n’y en aurait plus.

Ah mais, monsieur, le risque zéro n’existe pas !

D’accord. Mais alors, il faut envisager les dégâts pour savoir jusqu’où on accepte un accident.

Un vol AF 447, qui disparaît au milieu de l’Atlantique avec 228 personnes à bord… c’est supportable (encore que…).
Une marée noire au large de la Louisiane… c’est déjà presque insupportable, si l’on en juge par l’agitation des américains, premiers concernés.
Et une centrale nucléaire qui explose après fusion du cœur, irradiant gravement quelques centaines de milliers de civils ?

Ce que je veux dire, c’est que, puisque l’accident n’est pas contrôlable, il ne faut pas mettre en route des appareils qui font vraiment beaucoup trop de dégâts une fois que l’accident s’est produit.

Tiens : à combien EdF évalue-t-il/elle le « prix » d’un mort ?

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :