Entendre

dimanche 7 février 2010

Dépression

Filed under: Politique, Religion, Société — Jean-Luc @ 14:10


Philippe Kabongo-Mbaya est pasteur de l’Église réformée. Il a publié dans « Paroles protestantes » n°343 (un mensuel protestant de la région parisienne) un excellent texte que je vous propose de partager ici :

L’identité et la déprime

La dépression est une maladie redoutable aussi bien par sa nature insaisissable que par ses manifestations. Tautologiquement, c’est le fait de déprimer. Ses signes courants sont connus : fatigue extrême, démotivation totale et durable, le doute permanent sur soi, sur l’entourage immédiat, le sentiment profond d’incomplétude, d’imperfection généralisée… Quand on est passé par cette épreuve ou que l’on a accompagné un proche qui en souffrait, on comprend pourquoi le terme de « mal-être » désigne mieux cette maladie. Il n’est pas nécessaire d’être praticien ou thérapeute pour réaliser à quelle profondeur ce mal agit ! Un mal sournois qui est atteinte à l’être.

Sans jeu de mot, il faut souligner d’emblée que « déprimer » c’est être coupé de ce qui est « premier », de ce sans quoi il n’y a ni le second ni le secondaire. Pour celui ou celle qui dé-prime rien ne vient en « premier », en priorité, rien qui soit en tête de quoi que ce soit. Sinon l’envahissement du mal-être lui-même et la paralysie qu’il engendre. Un mal sournois qui n’atteint pas uniquement les personnes, mais peut-être aussi les civilisations.

Peut-on parler de civilisation « déprimée » ? Ne cherchons pas loin : le malaise que l’on ressent dans notre pays, instrumentalisé jusqu’à la caricature par ceux qui aujourd’hui gouvernent la France, ne trahit-il pas un « mal-être » réel ? La crise, la mondialisation, l’écologie, les « autres »… encombrants, menaçants : voilà qui alimente un doute pernicieux proche d’une « dépression » collective. Le débat à la fois pompeux et ronflant sur l’« identité française » n’en est qu’un symptôme. Quand dans la société civile les voix se lèvent pour rappeler que ce n’est pas cela qui prime, le discours dominant alimente le « débat » sur des prémisses étriquées. Avec en ligne de mire des objectifs politiciens à peine voilés !

L’annonce publique d’une espérance pourrait être ici salutaire, car démystificatrice. L’Église réformée de France pourtant reste aphone ! Elle qui avait mené, voici quinze ans, une forte campagne sur l’accueil des étrangers. Elle qui vient de célébrer le 500e anniversaire de J. Calvin. Un réfugié migrant et non pas un dissident protégé au château. Aider toute personne, toute société, à ne pas « dé-primer » ce qui en elle est essentiel, n’est-ce pas aussi cela évangéliser ? Nul n’a le droit de se complaire dans le doute de soi-même ni d’insulter l’avenir.

Philippe B. Kabongo-Mbaya

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :