Entendre

vendredi 22 janvier 2010

Dieu tout-puissant

Filed under: Religion — Jean-Luc @ 11:49

Le tremblement de terre d’Haïti remet en question, pour certains, l’existence de Dieu…

Effectivement, si Dieu existe, s’il aime les hommes comme nous l’enseignent les principales religions, comment peut-il laisser arriver (voire provoquer) la catastrophe qui vient d’exterminer des dizaines de milliers d’Haïtiens ?

Cette question n’est pertinente que si l’on suppose que Dieu est tout-puissant.

Mais certains théologiens (en particulier les théologiens du Process) font l’hypothèse, assez satisfaisante je trouve, que Dieu n’est pas tout-puissant. Voilà qui permet de réconcilier l’intelligence et la foi : Dieu ne provoque pas les tsunamis et autres tremblements de terre. Il les subit comme nous, et en souffre comme nous et avec nous.

Les catastrophes naturelles ne remettent pas en question l’existence de Dieu.
Elle remettent en question l’existence d’un Dieu tout-puissant.

Publicités

5 commentaires »

  1. D’après sa biographie, ce Dieu-là se serait rendu compte assez tôt (Genèse, 6, 5-22) que Sa puissance ne s’étendait pas jusqu’aux effets de Sa volonté : « Quel con irresponsable ! J’ai trouvé «que cela était bon», ça me plaisait bien, mais j’ai pas pensé aux conséquences de mon bon plaisir, et voilà ! Saloperie d’engeance humaine vicelarde qui fait rien qu’à s’étriper ! Bon, je fais juste embarquer un échantillon sur le bateau de cet ivrogne de Noé qui s’endort cul nul, et sur tout le reste, hop, le déluge ! Tout ce qui respire, je m’en mords les doigts de l’avoir fait ! »

    L’échantillon épargné à tort (Il récidive, en plus !) s’étant sur-multiplié derechef dans la vilenie, c’est bien pratique pour le Pas-Tout-Puissant de s’en être lavé les mains d’avance.

    Certains Juifs ricanent que ce Dieu-là se serait égaré au-dessus des cheminées d’Auschwitz pendant Sa promenade digestive : «Dieu-là du Ciel, quelle puanteur !», dit-Il, et remonta fissa chez Lui. Pendant ce temps, nous dit une survivante révoltée, d’autres Juifs squelettiques, au même endroit, observaient le jeûne rituel. Eux aussi croyaient peut-être que ce Dieu-là souffrait avec eux de la cruauté de leurs tortionnaires. C’est bien pratique aussi pour ces tortionnaires, qui, eux, à la différence de ce Dieu-là, étaient tout-puissants, conscience du devoir déchirée ou pas (à laquelle ce Dieu-là compatit également, bien sûr).

    Il me semblait avoir lu, vu, entendu de tous côtés qu’après les camps nazis l’existence de ce Dieu-là était sérieusement remise en question. Il y aurait des gens qui ne sont pas au courant ? Ou qui ont oublié ? Ou que ça arrange de faire joujou avec les sensibilités religieuses des Haïtiens ?

    Sainte Colère, retiens-moi !

    P.S. Euh… Parmi «les principales religions», il y a aussi le bouddhisme, qui ne parle de «D/dieu(x)» et d’«amour» que pour apprendre à ne pas s’entraver de telles illusions, grosses de telles horreurs.

    Commentaire par Pièce détachée — vendredi 29 janvier 2010 @ 23:04

    • Bon… Apparemment, j’ai touché un point sensible !
      Désolé pour la colère, sainte ou pas.

      Je n’ai aucune objection contre le bouddhisme, bien au contraire, mais à mon avis il n’est pas réellement une religion puisque, précisément, il n’y est pas question de D/dieu(x) ; il me semble plutôt proche de certaines psychothérapies occidentales modernes (tout aussi respectables). Pour autant que j’aie compris, le bouddhisme s’occupe plutôt du bien-être de l’individu, alors que la religion cherche à… relier les individus. En écrivant « principales religions », je pensais au judaïsme, à l’islam et au christianisme.

      Il ne faut pas non plus trop s’attarder sur la Genèse qui n’est qu’une description (très poétique) de la création telle que pouvaient l’imaginer nos ancêtres d’il y a 2500 ans, à une époque où même Galilée aurait eu du mal à imaginer que la Terre n’était pas le centre d’un monde plat limité au Moyen-Orient.

      Pour revenir à nos moutons, je ne vois pas en quoi la Shoah interdirait d’imaginer un Dieu Pas-Tout-Puissant. Beaucoup de juifs continuent à croire en Dieu, malgré Auschwitz, et je crois que la plupart estiment toujours qu’il est tout-puissant. Mais je pensais d’abord aux catastrophes naturelles, qui sont pour beaucoup une objection à l’existence d’un Dieu qu’ils imaginent à la fois Dieu d’amour et tout-puissant, ce qui effectivement peut poser problème. L’idée d’un Dieu d’amour qui n’est pas tout-puissant me semble intéressante.
      Si l’on accepte l’idée de Dieu, bien sûr.
      Mais évidemment, si l’idée de Dieu répugne a priori (à cause des camps d’extermination ou pour toute autre raison), qu’il soit tout-puissant ou non n’a aucun intérêt. Et c’est une opinion tout à fait respectable… tant qu’on n’interdit pas aux autres de penser autrement.

      Commentaire par Jean-Luc — samedi 30 janvier 2010 @ 20:45

  2. Mais non mais non, je ne suis pas en colère… En fait, oui, vous avez touché un point sensible, et j’en ai bassement profité pour secouer «l’idée de Dieu» — à laquelle je préfère «l’idée du divin et du sacré», pleine de secousses et d’ironie…

    Pour le bouddhisme, tout dépend de ce qu’on entend par «religion» : s’il y faut « du » dieu, alors ce n’en est pas une ; mais si on entend par «religion» une sotériologie élaborée + une théorie de la responsabilité morale (c’est mon cas), alors oui. En Occident, tout imprégnés de (mono)théisme que nous sommes, il nous est bien difficile de concevoir une religion sans dieu — toute l’histoire de la découverte du bouddhisme par les Occidentaux en témoigne, et explique en grande partie pourquoi ça nous arrange de le classer parmi les «thérapies», à grands renforts de distorsions (je fais très schématique).

    Quoiqu’il en soit, en ce qui concerne Haïti, il me semble que l’histoire de ce pays suffit amplement à expliquer pourquoi les effets d’une catastrophe naturelle sont si graves. Quand la terre tremble ou brûle à grande échelle en Californie, on a les moyens logistiques d’y faire face, et même les télévangélistes les plus hallucinés n’y voient pas, que je sache, le courroux de Dieu contre les starlettes à poil.

    Excusez-moi, je réponds au lance-pierres. Merci pour cette rare discussion…

    Commentaire par Pièce détachée — dimanche 31 janvier 2010 @ 18:27

    • Dieu, le divin, pour moi, pas de gros écart.
      Le sacré est une invention de l’homme, me semble-t-il, pour mettre à l’abri ce dont il préfère ne pas discuter quand il n’a pas d’argument (cf. https://entendre.wordpress.com/2009/11/21/blaspheme/ ). Quant au salut, je ne sais pas trop ce que c’est ! Être sauvé, oui… mais de quoi ?

      Haïti n’a été pour moi qu’un prétexte pour discuter de la toute-puissance qui me paraît un réel frein dans l’approche de… disons du divin.

      Je sais tout le mal que notre civilisation a fait à ce pays en surexploitant (ou en laissant ses habitants surexploiter, ce qui revient au même) ses forêts, et en laissant des dynasties de dictateurs accaparer des fortunes sur le dos d’un peuple exsangue et torturé. Je me souviens d’un reportage qui montrait des enfants haïtiens faisant sécher au soleil des galettes de terre… parce qu’ils n’avaient rien d’autre à manger. Oui, ce tremblement de terre est un drame, parce que, oui, les occidentaux se foutent de ces gens. Nous assistons actuellement à un petit sursaut d’empathie qui ne durera pas plus que pour le tsunami en Thaïlande. Dans un an ou deux, les Haïtiens seront de nouveau livrés à eux-mêmes, avec leurs blessures et leurs amputations. Avec peut-être même de nouveaux dictateurs. L’armée est vorace, et c’est elle qui tient les fusils. Et les pays riches préfèreront développer leur soutien aux grandes banques internationales (et peut-être vendre des fusils à l’armée haïtienne) plutôt que de se préoccuper de ces handicapés insolvables. Un drame.

      Ce n’était pas mon sujet. J’aurais pu écrire le même texte à propos du tsunami de Thaïlande ou de toute autre catastrophe qui puisse provoquer quelques dizaines de milliers de morts. La Californie est un bon exemple puisqu’ils attendent le « Big One » à San Francisco, qui n’aura rien à voir avec les petites secousses qu’ils subissent régulièrement. Dans l’hypothèse, pas du tout invraisemblable, où ce « Big One » ferait quelques milliers de morts, j’imagine bien les pasteurs évangéliques du coin proclamer que c’est une punition de Dieu contre les menteurs, les prostituées, les gays ou les joueurs de poker. Ce qui sous-entend que Dieu a le pouvoir de provoquer les tremblements de terre. Et ces charlatans risquent d’être entendus !

      Bon, l’idée initiale était de montrer qu’imaginer un dieu tout-puissant n’est pas satisfaisant. Mais je pense que vous avez bien compris !

      Commentaire par Jean-Luc — dimanche 31 janvier 2010 @ 23:47

      • Oui ! Mais j’ai d’abord eu le tort de télescoper aveuglément (c’est le mot) le sujet de ce billet avec les déclarations du télévangéliste Pat Robertson, selon qui le séisme est un châtiment divin qui punit les Haïtiens d’avoir jadis conclu un pacte avec le diable pour se libérer de la férule française…

        Commentaire par Pièce détachée — mardi 2 février 2010 @ 16:32


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :