Entendre

dimanche 13 décembre 2009

Copenhague

Filed under: Economie, Publicité, Science, Société — Jean-Luc @ 14:53

Avec « Copenhague », on entend beaucoup parler de voitures électriques, voitures miracles « qui ne polluent pas ».

J’ai déjà dit ce que j’en pensais, mais je le dis encore, car (principe fondamental de l’enseignement) il faut le redire jusqu’à ce que ce soit bien compris !

On pourrait s’imaginer que si chacun branche tous les soirs sa voiture sur la prise électrique du garage au lieu de passer à la pompe, on arrive à zéro pollution.
Eh ben non !

Il n’existe pas de « mine d’électricité », ni d’endroits où l’électricité coulerait toute seules dans les fils d’EdF.
L’électricité, ça se fabrique, dans des centrales équipées de gros alternateurs qui fonctionnent grâce à la combustion de charbon, de gaz ou de pétrole. Si bien que chaque fois qu’une voiture électrique parcourt 100 km, il a fallu brûler 15 ou 20 litres de pétrole pour fabriquer l’électricité qu’elle a utilisée.

Alors oui, la pollution ne se fait pas à l’endroit même où la voiture roule, et ça peut rendre l’air de Paris un peu moins irrespirable. Mais le CO2 est fabriqué quand même, ailleurs, et le bilan carbone est le même (ou pire parce que toute transformation d’énergie se fait avec perte…).

Le summum de cette hypocrisie a été atteint hier par la présentation à la télé d’une voiture révolutionnaire à air comprimé. Zéro pollution. Rien que de l’air pur, « encore plus pur que l’air normal, parce qu’il faut le filtrer » précisait l’inventeur. Naturellement, aucun journaliste n’a été suffisamment astucieux pour poser la seule question importante : « Et comment comprime-t-on l’air ? »
Car cette voiture « révolutionnaire » nécessite évidemment un compresseur… qui tourne grâce à un moteur à pétrole !

Comment ? Les centrales françaises ne fonctionnent pas au pétrole ?

Ah oui, vous avez raison. En France l’électricité est nucléaire.

C’est pire.
Chaque km parcouru par une voiture « nucléaire » produit des déchets radioactifs que personne ne sait traiter, dont personne ne sait quoi faire, et qu’on se contente de stocker dans un coin en espérant que les générations futures trouveront, elles, un moyen pour s’en débarrasser.

C’est bien la première fois dans l’histoire de l’humanité qu’une génération laisse ses enfants se débrouiller avec des produits si sales et si dangereux qu’il faut les faire garder par l’armée…

Publicités

7 commentaires »

  1. Et bien sur on ne sais pas faire de l’électricité de facon écologique !

    le panneau solaire est une utopie comme les éloliennes !

    QUELLE MAUVAISE FOI DE VOTRE PART !

    Commentaire par swanlake — dimanche 13 décembre 2009 @ 23:12

    • Ah si, bien sûr, on sait faire des panneaux solaires…
      Quel pourcentage de la puissance installée, en France, aujourd’hui ?
      Un dix-millième ?
      Un millième ?
      Alors oui, on sait faire.
      On pourrait faire si on voudrait.
      Yapuka…

      Commentaire par Jean-Luc — dimanche 13 décembre 2009 @ 23:45

  2. Il existe en France des fournisseurs d’électricité verte (100% d’énergie renouvelable).
    Sur le site de comparaison des prix ils sont « sensiblement » au même tarif que EDF.
    Lequel EDF à travers une de ces entreprises EDF EN propose aussi de l’électricité verte.

    Commentaire par Sarrau — lundi 14 décembre 2009 @ 9:14

  3. Comparons des données comparables.
    Une voiture thermique émet en moyenne 149g de CO2 par kilomètre A SON UTILISATION comparativement à zéro gramme lorsqu’on utilise une voiture électrique.
    Ensuite : chaque litre d’essence brûlé par une voiture thermique aura nécessité un autre litre de carburant pour extraire, raffiner et transporter ce litre jusque dans son réservoir.
    Et c’est cette donnée qu’il faut comparer à l’énergie nécessaire à la production d’électricité équivalente.
    Enfin, sous prétexte que votre tv, votre lave-linge, votre sèche linge etc fonctionnent à l’électricité (30km en véhicule électrique = 1 tournée de sèche-linge seulement), vous ne les avez pas éteints pour autant. Le débat doit donc se porter sur le mix énergétique français, et pas sur le véhicule électrique.

    Commentaire par Crénon — lundi 14 décembre 2009 @ 10:47

    • Vous avez peut-être raison.
      Ce qui me tirlipote, ce n’est pas tant la voiture électrique elle-même (qui est probablement une demi-solution transitoire) que la pub qu’on lui fait, comme si elle était la solution « zéro pollution », ce qu’elle n’est pas.
      En outre, et à long terme, la voiture est condamnée : on n’aura pas assez d’acier, d’aluminium et de plastique pour fabriquer les neuf milliards de voitures (même électriques) dont rêvent les neuf milliards d’habitants de notre planète (dans quelques années).
      Accessoirement, je n’utilise pas de sèche linge : c’est l’instrument le plus débile qu’on ait inventé, uniquement pour faire vendre de l’électricité, alors que n’importe quelle corde à linge donne les mêmes résultats, en un temps un peu plus long, je vous l’accorde, mais avec rigoureusement zéro pollution.

      Commentaire par Jean-Luc — lundi 14 décembre 2009 @ 11:37

  4. L’électricité était une « fée ».

    Maintenant elle est devenue soudain un « fait » écologique (les centrales nucléaires font bien dans le paysage et leurs déchets on les dépose clandestinement hors de France).

    Commentaire par Dominique Hasselmann — mardi 15 décembre 2009 @ 18:16


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :