Entendre

samedi 24 octobre 2009

Jamais déçu !

Filed under: Economie, Politique, Société — Jean-Luc @ 19:15

Un amendement au projet de budget 2010 a été voté hier à l’Assemblée. Il s’agit d’instaurer pour un an une taxe de 10 % sur les bénéfices des banques. On sait que les banques, après « la crise », ont une santé florissante, voire insultante, quand on compare à la misère ambiante, et qu’elles mettent actuellement de côté les milliards qu’elles verseront à leurs traders pour Noël. On ne va donc pas pleurer.

Cet amendement a été adopté, malgré l’opposition du gouvernement, par 44 voix contre 40.

Je n’ironiserai pas aujourd’hui sur l’absentéisme de nos députés. Ils sont en principe 577. Ils étaient 84 « présents ou représentés » pour ce vote, soit moins de 15 % de présents… Cela montre à quel point ils sont préoccupés par l’évolution des lois ! Que font donc les 85 % d’absents ?

Non, le plus drôle, si l’on peut dire, est qu’un député (UMP) a annoncé après le vote qu’il s’était « trompé de bouton » et avait voté « contre » au lieu de « pour ». Un « acte manqué » disent certains…

Et voilà qu’ils nous refont le coup de l’Irlande ! Le résultat du vote n’étant pas conforme aux désirs du petit Nicolas, un nouveau vote a été demandé par Christine qui a la garde de l’économie.

C’est finalement une bonne méthode. On fait voter. Si ça convient, on garde. Si ça ne convient pas, on refait voter.
Comme ça, on n’est jamais déçu…

C’était comment, déjà, la démocratie ?

Publicités

Un commentaire »

  1. Un débat très tendu à propos du Budget 2010 de la France est attendu dans l’hémicycle de l’assemblée National. Nous pouvons déjà noter un fait rarissime, la défiance des parlementaires par rapport au gouvernement même au sein des élus de la majorité!
    Nous devons profiter de l’opportunité, Le citoyen doit encourager son député à rediriger les débats sur des questions légitimes : l’effondrement du système financier, l’illégitimité de la dette publique, les politiques d’austérité, etc…
    Nous devons nous inspirer de la commission d’enquête parlementaire sur l’origine de la crise de 1929, dirigé par Ferdinand Pécora pour comprendre l’emprise mafieuse des intérêts financiers sur la République, afin d’ouvrir la voie au véritable changement de système.
    Nous devons exiger la fin de la folies des faux débats !
    Afin de faire face à la colère qui vient! Afin de faire face à la logique destructrice du système ! Afin de faire face au mépris de la classe dirigeante, en montant sur la scène de l’histoire! Afin de rompre avec la règle du jeu!
    Je vous invite à lire et à partager le dernier tract de Solidarité et progrès :
    http://www.solidariteetprogres.org/
    Il est temps que toutes les révoltes particulières donnent naissance à un projet commun révolutionnaire!
    David C.
    david.cabas.over-blog.fr

    Commentaire par David C. — dimanche 25 octobre 2009 @ 21:58


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :