Entendre

jeudi 6 novembre 2008

Diversité

Filed under: Langue, Société — Jean-Luc @ 12:25

Voir le peuple américain pleurer de joie après l’élection de son président est un spectacle attendrissant et réjouissant.
Mais franchement, ils auraient pu éviter de s’infliger un second mandat Bush…

Obama le noir. Président des États-Unis : belle victoire.

La France rêve : pleurer de joie après l‘élection d’un véritable homme de gauche qui viendra remplacer l’erreur du petit Nicolas !…
Mais l’élection d’un président noir ou arabe n’est pas pour demain puisque nous continuons à expulser tout ce qui arrive sur le territoire national sans avoir la bonne couleur (petit rappel : la bonne couleur est le blanc, la bonne religion est le catholicisme, la bonne profession est ingénieur, avocat ou médecin). Une députée et trois ou quatre sénateurs ont réussi à échapper au tri sélectif, mais on leur  a bien
fait comprendre qu’ils doivent nous être reconnaissants du strapontin qu’on leur laisse.

Je ne suis pas non plus favorable à la discrimination positive : je ne vois pas pourquoi, dans l’Assemblée par exemple, il faudrait imposer par la force 52 % de femmes, 7 % de musulmans, 4% de noirs, 3 % d’homosexuels et 0,2 % de coiffeurs. Sans compter qu’on doit pouvoir trouver des femmes coiffeuses noires musulmanes homosexuelles, ce qui complique le problème…

Difficultés du langage :
On ne dit plus
aux États-Unis « negro », « nigger », « colored », ni même « black » : il est de bon ton de dire « afro-american ».
Chez nous, on ne dit plus « nègre » depuis longtemps,  « noir » est en perte de vitesse. Les médias tentent d’imposer actuellement « personne issue de la diversité », politiquement très correct, peut-être parce que très vague.

C’est joli.

Mais dire « non-voyant » à la place d’ « aveugle » et « handicapé amputé des deux jambes » à la place de « cul-de-jatte » m’a toujours paru hypocrite et emberlificoté.

Est-ce que ça change le fond des choses ?

Publicités

8 commentaires »

  1. Pour l’auto-censure du language, je te conseille la lecture de ce très vieux billet écrit bien avant qu’Obama ne mette le sujet dans les chaumières: http://colonisation.blogspot.com/2005/12/14-jeu-de-mots.html

    En ce qui concerne la diversité, avant de la mettre en oeuvre par quelque moyen que ce soit, il me semble utile de l’expliquer:
    http://colonisation.blogspot.com/2007/04/105-les-reliefs-de-la-diversit.html

    Commentaire par Titophe — jeudi 6 novembre 2008 @ 14:27

  2. Merci Titophe, pour ces liens qui nécessiteront de ma part une lecture attentive…
    Leur texte est long, leur contenu dense et important.

    Commentaire par Jean-Luc — jeudi 6 novembre 2008 @ 17:54

  3. Oui, tous ces mots pour cacher la réalité (les « techniciens de surface » pour les balayeurs, le « personnel d’accueil » pour les employés des renseignements, les « agents de sécurité » pour les gros bras, etc.), mais celle-ci est retorse.

    Les « armes de destruction massive »de Bush se sont retournées contre lui, au point que l’on parle de Colin Powell pour être intégré dans l’équipe d’Obama : gestion de la « pacification » (comme lors de la guerre d’Algérie) en Irak et en Afghanistan ?

    On parle du « Noir Obama » alors qu’il est métis…

    Oserait-on dire Karlsozy pour Sarkozy ?

    Commentaire par Dominique Hasselmann — vendredi 7 novembre 2008 @ 17:29

  4. La censure du langage, c’est terrible. ça ne change rien, ça habille… ça bride la pensée.

    Commentaire par fanette — vendredi 7 novembre 2008 @ 19:34

  5. Vous dites : « je ne vois pas pourquoi, dans l’Assemblée par exemple, il faudrait imposer par la force 52 % de femmes, 7 % de musulmans, 4% de noirs, 3 % d’homosexuels et 0,2 % de coiffeurs. »
    Moi je vois pourquoi : pour ne plus avoir 75 % de mâles blancs hétéros de plus de 55 ans.
    RV

    Commentaire par RV — samedi 8 novembre 2008 @ 19:46

  6. Et peut-être même 95 % de mâles, blancs, catholiques, hétéros, médecins ou avocats, et souvent de plus de 65 ans…

    Je suis bien d’accord, RV, que c’est à hurler de rire.
    Honte à eux. Et honte à nous qui les élisons.

    Mais je ne suis pas persuadé que c’est par une loi qu’on va changer les mentalités.
    Il faut que le bon peuple comprenne par lui-même que les femmes ont parfois du bon, que les noirs peuvent avoir des idées aussi bonnes et parfois même (quelle horreur !) meilleures que les blancs, que les homosexuels ne sont pas de plus mauvais députés que les hétéros, et que les coiffeurs sont aussi capables de réfléchir aux problèmes de la nation que les avocats…
    Je crains que l’obligation de représenter par la contrainte les minorités dans leurs proportions exactes (?) conduise à des aberrations (ce n’est pas par hasard que j’ai suggéré 0,2 % de coiffeurs, bien que j’ignore la proportion exacte des coiffeurs dans la population. Est-il réellement important que les coiffeurs soient représentés à l’Assemblée ?) ou à des rejets violents.

    Mais, pour que le bon peuple comprenne que les femmes ont parfois du bon, il faudrait peut-être éviter les Christine Boutin, les Roseline Bachelot, les Edith Cresson et autres Rachida…

    Commentaire par Jean-Luc — samedi 8 novembre 2008 @ 22:07

  7. Ben je suis pas d’accord, pour que le bon peuple comprenne que les hommes ont parfois du bon on n’a pas évité les chirac, sarkozy, lang, DSK… N’est-ce pas ?..

    Commentaire par RV — dimanche 9 novembre 2008 @ 15:27

  8. Oui, c’est exact… Le problème ne vient-il pas du pouvoir lui-même ? Un homme ou une femme ou un homosexuel ou un coiffeur qui s’approche du pouvoir est déjà formaté pour se rouler avec jouissance et délectation dans le luxe de l’Élysée ou de Matignon, sans jeter un seul regard sur les chômeurs et les SDF qui traînent à côté de lui ou d’elle.

    Mais je reste néanmoins réticent à l’idée d’imposer par la contrainte un certain pourcentage de femmes ou de coiffeurs à l’Assemblée ou dans l’équipe gouvernementale. Poussée jusqu’au bout, c’est une idée qui conduirait à avoir une stricte alternance homme/femme à la présidence de notre république.
    Je n’ai rien a priori contre une présidente, au contraire. Je prétends simplement qu’après une présidente femelle, ce n’est pas nécessairement un président mâle qui sera le plus approprié.

    Commentaire par Jean-Luc — dimanche 9 novembre 2008 @ 16:33


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :