Entendre

samedi 25 octobre 2008

La gauche bouge encore… chez les étrangers

Filed under: Politique, Société — Jean-Luc @ 18:56

Deux millions et demi d’Italiens rassemblés dans la rue par le parti démocrate pour manifester contre Berlusconi et protester contre le projet de réforme de l’éducation qui prévoit la suppression de 140 000 postes d’enseignants et plusieurs milliards de réduction de budget.
Enfin… deux millions et demi d’après les organisateurs. Quelques centaines de
milliers d’après la police, qui n’hésite pas à diviser par dix dans ce pays de menteurs.

Alors on se demande ce que fait la France. La récente manif des enseignants a réuni (à tout casser) 80 000 personnes (d’après les organisateurs…). Pourtant, les réformes de l’enseignement de Darcos valent bien celles de Mariastella Gelmini.

Les États-Unis s’apprêtent à voter démocrate. La gauche italienne se secoue.
Il n’y a plus que la gauche française qui se demande encore ce qu’elle pourrait bien faire pour empêcher le petit Nicolas de tout casser.

Enfin… elle ne se demande pas vraiment. Elle n’a pas le temps : elle est bien trop occupée à se trouver un chef !…
Elle se mettra à la politique après, si elle a encore le droit !

Publicités

3 commentaires »

  1. Définitivement, la gauche devrait rester toujours dans l’opposition et ne jamais accéder au pouvoir.
    Car dès qu’elle y arrive, elle se comporte comme la droite.

    Commentaire par TAOMUGAIA — dimanche 26 octobre 2008 @ 11:13

  2. Vu ce matin que l’on prédisait, dans les cercles du PS, une forte abstention lors du vote des militants au Congrès de Reims.

    L’Italie nous donne l’exemple de ce qu’un vaste mouvement populaire peut entraîner, au-delà des formations politiques confites dans leurs petits jeux stériles.

    Il y aurait seulement six candidats avec des motions différentes pour postuler à la fonction de Premier secrétaire du PS ?

    C’est chiche.

    Voilà qui va changer la donne, et pendant ce temps la maldonne vient nous servir à boire (sous la tonnelle on frôle le jupon de Carla Bruni) !

    Commentaire par Dominique Hasselmann — dimanche 26 octobre 2008 @ 11:47

  3. Taomugaia : il me semble parfaitement juste, hélas, qu’un parti qui cherche à accéder au pouvoir est un parti de droite. Être de gauche, c’est, au moins en partie, accepter de ne pas être chef.

    Dominique : Carla a vendu ses actions pour ouvrir un troquet ?
    L’abstention des militants est bien le signe que la gauche avec un vrai chef n’est pas vraiment la gauche.
    La gauche, l’Italie le montre, est dans la rue. Sans chef.

    Commentaire par Jean-Luc — dimanche 26 octobre 2008 @ 15:45


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :