Entendre

dimanche 5 octobre 2008

Bricolage

Filed under: Economie, Société — Jean-Luc @ 18:51

Parfois, il m’arrive de bricoler. Si, si…

Pas grand-chose : xylophéner les pieds d’une table, remettre un peu d’enduit ici, poser une étagère là, ou équivalent, selon l’humeur et les besoins.
Enfin… pas trop de peinture : j’ai horreur de la peinture.

Récemment, j’ai posé une étagère : une simple planche vissée sur deux équerres.

Il me fallait pour cela quatre vis en acier de 3x30 (ou 3x25 à la rigueur) à tête fraisée, avec quatre chevilles adaptées, et quatre vis de 2,5×20 à 3×25, à tête fraisée également.

J’ai fouillé dans les réserves : je disposais de 38 vis en acier de 4×40 à tête fraisée (un sac de quarante dont j’avais utilisé deux), de 46 vis en laiton de 3,5×15 à tête ronde (un sac de cinquante dont j’avais utilisé quatre), de 36 vis en acier de 3×20 à tête ronde (un sac de quarante dont j’avais utilisé quatre), de 48 vis en laiton de 2,5×10 (un sac de cinquante dont j’avais utilisé deux), de 25 vis de 3×15 en acier à tête hexagonale (un sac de vingt-cinq encore vierge) et quelques autres résidus plus folkloriques et moins utilisables, vis pour métal, vis en plastique, crochets « X », pitons divers et autres produits sans intérêt dans mon cas.

Quand j’étais petit, et qu’on avait besoin de quatre vis de 3×25, on allait chez le quincaillier et on annonçait : « Bonjour, Monsieur Dumoulin le quincaillier s’appelait Dumoulin , je voudrais quatre vis de 3×25. » Le quincaillier sortait quatre vis de ses tiroirs, les pesait sur la balance Roberval et annonçait, après un rapide calcul : « Ça fera deux francs. »

Attention ! Deux francs de cette époque (une époque où les vélos avaient des pneus pleins, et où il existait des caramels à un franc, si, si, pas terribles mais qu’est-ce qu’on aimait ça !). Deux anciens francs, ça correspond à deux centimes de nouveau franc de bien plus tard, juste avant qu’on passe à l’euro…
En gros, deux francs de cette époque, ça faisait 0,3 centime d’euros de maintenant.
À peine !

Aujourd’hui, quand on a besoin de quatre vis de 3×25, on va à Carrefour, et on achète (bien obligé, ya que ça — quand il y en a !) le sac de quarante vis à 2,5 euros. « Ah non, monsieur, ya pas plus petit… »
On utilise les quatre dont on a besoin, et on conserve le reste du sac (36 vis) dans la caisse à outils, avec les dix-sept autres sacs de vis, chevilles, écrous et rondelles inutilisés et inutilisables pour les travaux prévisibles. Au bout de quelques années, on considère qu’il y a prescription et on jette.

Certains appellent ça la « société de consommation ».

Personnellement, j’appellerais plutôt ça la société du gâchis et du gaspillage.
Si encore on consommait pour de vrai !
Mais non, on ne consomme pas : on stocke en attendant de jeter !…

Publicités

11 commentaires »

  1. Le tour de vis étant à la mode, et la croissance en berne, il est bon que l’on puisse avoir des stocks de fournitures quincaillères, en cas de besoin : ça empêche les chevilles d’enfler !

    Commentaire par Dominique Hasselmann — lundi 6 octobre 2008 @ 11:34

  2. Il faut aller au BHV, au sous-sol, il y a encore de la vente au détail, comme quand on était petit …
    Non, mais dans certaines grandes surfaces de bricolage, il y a moyen d’acheter au détail,dans des pochettes que l’on remplit avec ce qu’il y a de plus utile, de plus joli, tant que la pochette n’est pas pleine, on bourre, puisque c’est le même prix.
    Au moins, on peut acheter diversifié, même si c’est pas utile.

    Commentaire par Toto — mardi 14 octobre 2008 @ 20:11

  3. Toto, toi, ici !…

    Oui, alors, merci du tuyau, mais le sous-sol du BHV, c’est à Paris-centre.
    En Ardèche, on n’a guère le choix qu’entre Super-U ou Intermarché.

    Sans aucune publicité : pour les vis, ils sont aussi nuls l’un que l’autre.

    Commentaire par Jean-Luc — mardi 14 octobre 2008 @ 23:25

  4. Je suis moi aussi un bricoleur du week-end et je suis un inconditionnel de la quincaillerie du coin, figures-toi, car ça existe encore ! Et je trouve mes 4 vis, et je confirme que je n’ai pas besoin de ma carte bleue car je n’en ai effectivement que pour quelques centimes. De plus, je ne m’énerve pas à chasser un vendeur qui n’a de « conseiller bricolage » que le badge. Bref, Carrefour n’est pas encore une obligation.

    Commentaire par Titophe — mercredi 15 octobre 2008 @ 9:22

  5. PS: Je ne sais pas ou tu es en Ardèche, mais sur Romans/Isère les boutiquiers ont la vie dure ;-)

    Commentaire par Titophe — mercredi 15 octobre 2008 @ 9:24

  6. Bon, bon…
    Je vais chercher !

    Commentaire par Jean-Luc — mercredi 15 octobre 2008 @ 11:47

  7. Très judicieuse note.

    Commentaire par totem — jeudi 16 octobre 2008 @ 20:42

  8. J’ai vérifié. Au Bricomarché, pas très grand, de Ramonville Saint Agne, banlieue de Toulouse, on peut acheter les vis par paquets de 500 g et/ou un kilog. Le pack de 500 g revient moins cher que deux sachets de quelques vis, et il est possible de faire un assortiment. Si l’on a pas besoin de 500 g d’un coup, c’est souvent le cas, on peut choisr les plus jolies, les plus grandes, les plus petites et les accrocher à un fil de pêche pour faire un mobile destiné à amuser les bébés. Cela fait toujours plaisir aux parents pour un prix raisonnable

    Commentaire par Toto — mercredi 22 octobre 2008 @ 9:47

  9. Ben oui, c’est sympa mais…
    1. Ragondinville sur San Antogneau n’est pas vraiment proche de l’Ardèche (même Ardèche du sud).
    2. Normalement, « kilog » devrait s’écrire « kg », ou éventuellement et à défaut « kilo ».
    3. Il ne s’agissait pas d’acheter 500 g de vis, mais 4 vis. Je ne vois pas pourquoi il serait moins cher d’acheter 500 g de vis plutôt que deux sacs de quelques vis. Est-ce qu’un demi-sac de 500 g est moins cher que le sac de 500 g ? Et combien pèsent « deux sacs de quelques vis »
    4. Qu’est-ce que je fais des 496 g de vis qui me restent si j’ai acheté le pack de 500 g qui me revient moins cher que les deux sacs de quelque vis ?
    5. Compléter les 4 vis dont j’ai besoin avec 496 g de vis dépareillées, plus grandes ou plus petites ou même plus jolies m’intéresse moyennement. J’estime que c’est de la vente forcée. Quand j’ai besoin de 4 vis, il serait commode que je puisse acheter 4 vis, et non pas 4 vis plus une horloge, ou 4 vis plus un stylo, ou 4 vis plus un mobile pour amuser les bébés. C’était précisément l’objet de ce billet !

    Commentaire par Jean-Luc — mercredi 22 octobre 2008 @ 22:03

  10. il fau defendre ces pauvre bete se net pas eux q’on doi tuer met les requin ou quelque chose dautre met pas des dauphin il fau faire quelle que chose pour les aidee reagiser vite il fau con les aide vous aimerer con vous tu vous biensur que non allor reagiser maintenant avan que ces trop tard

    voici mon adresse msn seu qui son contre pour ue les dauphin arrete de se faire tuer conecter voàus ou entrer moi dans vote adresse

    la voicie tiffany.love2009@live.fr
    merci_ beaucoup de reagi_re pour ces pauvre bete inofencibole pàenser si

    Commentaire par pop2233 — dimanche 9 août 2009 @ 17:46


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :