Entendre

jeudi 18 septembre 2008

L’infarctus chez le porc

Filed under: Migrants, Politique, Société — Jean-Luc @ 11:12

La Tour d’argent a été pacifiquement occupée par des sans-papiers qui demandent leur régularisation !…
Banal.
Il est naturel que les pauvres les plus exploités de France viennent râler à l’endroit le plus chic de Paris, où se retrouvent les plus riches exploiteurs de France. C’est même un excellent choix !

Mais… cinq d’entre eux sont des employés de la Tour d’argent !
Ah ben voilà autre chose…

Pour se justifier, la direction prétend qu’elle ne savait pas.

C’est une mauvaise justification :
D’une part, ils auraient pu vérifier convenablement les papiers des gens qu’ils embauchaient.

D’autre part on aurait préféré une justification du genre : « Oui, ils sont sans papiers, et on le savait. Et alors ? Il faut bien venir en aide à ces malheureux ! »
Là, on aurait pu être de tout cœur avec eux (je parle de la direction)…

Mais l’aide, du côté de la Tour d’argent, on ne doit pas trop savoir ce que c’est.
L’important est de gagner un maximum de fric en employant des miséreux au salaire le plus bas possible, tout en faisant payer plein pot ces salauds de riches qui viennent préparer leur infarctus en se goinfrant comme des porcs !

Publicités

3 commentaires »

  1. C’était donc une sorte d’attentat… pacifique.

    Le patron de la Tour d’argent n’a pas le temps de s’occuper de ces détails triviaux.

    Il doit cocher sur son livre de réservations qui viendra avec qui et quel jour et à quelle heure.

    Dans les soutes de la cuisine, des « pas Français » rament pour que le navire avance : le chef de cuisine dispose d’un fouet pour les sauces, et pour d’autres occasions si nécessaire !

    Commentaire par Dominique Hasselmann — jeudi 18 septembre 2008 @ 11:19

  2. oui j’ai été stupéfaite de lire ça enfin du similaire dans le Monde Diplo y’a quelques mois. Un inspecteur du travail avait trouvé un jeune terrorisé, en apprentissage, il faisait un quota d’heures incroyable … et dans un restau de luxe ! et là aussi il y avait des clandestins, sans papiers, etc. !!! On parle de diplomates qui tiennent en esclavage du personnel de maison, mais finalement l’appât du gain n’a vraiment pas de frontière ni de limites !!!

    Commentaire par Emelire — mardi 23 septembre 2008 @ 22:35

  3. L’appât du gain, voilà le cœur du problème.
    Pour paraphraser un humoriste dont j’ai oublié le nom :
    Au début, je me disais : « Qu’on soit riche ou pauvre, on meurt pareil. »
    Maintenant je me dis : « Quitte à mourir de toute façon, autant mourir riche ! »

    Mais faut dire que c’est tentant : pour gagner plus… certains sont prêts à travailler plus ! Et pour ceux qui ne sont pas prêts à travailler plus, l’esclavage est une solution facile.

    On oublie peut-être le jeu, le rêve, l’amour, les arts… la vie, quoi !

    Commentaire par Jean-Luc — mardi 23 septembre 2008 @ 23:09


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :