Entendre

lundi 29 septembre 2008

Larmes et crocodiles

Filed under: Economie, Politique, Société — Jean-Luc @ 15:41

Les banques américaines n’arrivaient pas à survivre dans la jungle économique du capitalisme libéral avancé, où chacun marche sur la tête des autres pour gagner plus : inquiet, le gouvernement américain les nationalise, grâce à une « injection » de 700 milliards de dollars (le fric, un médicament en intra-musculaire ? Quelle image !).

Voici maintenant que le Benelux nationalise Fortis, grâce à une « injection » de 11 milliards d’euros (et des poussières) : elle est la première banque européenne à être contaminée par cette épidémie de faillites.

Les banques ne se font plus confiance entre elles. Comment les citoyens feraient-ils confiance aux banques ?

Plus personne ne fait plus confiance à personne, et c’est bien normal, quand on voit comment les licenciements massifs permettent de faire monter la Bourse, de rémunérer les fonds de pension américains à 15 ou 20 %, et de payer les parachutes dorés des patrons qui se font virer pour incompétence.

Il y a peut-être des limites !

On y arrive (aux limites).

Et la seule solution que les économistes trouvent à cette « crise » est de nationaliser. En espérant que les peuples feront (un peu plus) confiance aux États qu’aux crocodiles de la finance, couverts par leurs parachutes dorés.

On croit rêver : plus que la faillite des banques, c’est celle du libéralisme économique lui-même, qui avoue implicitement que l’absence de régulation dans l’économie (le libre marché, fondement du libéralisme) mène à la catastrophe.

Après la nationalisation des banques, ils finiront peut-être par nationaliser EdF, les universités et la Poste ?

Au moment même où ils voulaient tout privatiser, pour gagner plus, voilà qui serait rigolo !

Publicités

dimanche 28 septembre 2008

Soir

Filed under: Images — Jean-Luc @ 19:39

jeudi 25 septembre 2008

Libéralisme avancé

Filed under: Economie, Politique, Société — Jean-Luc @ 10:52

Aurais-je mal compris ?
J’ai cru entendre le petit Nicolas demander des sanctions contre les banquiers responsables de l’effondrement du capitalisme actuel !

Mais je croyais pourtant que, selon Adam Smith, géniteur du libéralisme, (et d’après sa Bible, La richesse des nations, 1776) c’était le libre exercice de l’égoïsme de chacun qui devait conduire à l’enrichissement et (donc ?) au bonheur de tous !

Un directeur de banque qui part aux Marquises après avoir déposé son parachute doré dans une banque suisse, c’est un homme qui a bien réussi !
C’est bien là le fondement de la société libérale, non ? Chacun fait ce qu’il veut pour gagner plus, et tout le monde sera plus heureux.
Me trompé-je ?

Je suis personnellement convaincu que le libéralisme doit être combattu jusqu’au bout, mais je ne m’attendais pas à voir mon président de la république, libéral avancé, combattre à mes côtés.

Ou alors c’est peut-être que vraiment le capitalisme ne mène à rien ?
Voilà une découverte intéressante !

mercredi 24 septembre 2008

L’assassinat de Troy Davis retardé !

Filed under: Politique, Société — Jean-Luc @ 11:04

L’assassinat de Troy Davis avait été fixé à 19 h hier soir, heure locale (1 h du matin chez nous).

Moins de 2 heures avant son exécution, Troy Davis a obtenu un sursis provisoire de la Cour Suprême des États-Unis, le temps que celle-ci rende sa décision concernant le réexamen du dossier (Troy Davis a toujours proclamé son innocence, et aucune preuve de sa culpabilité n’a jamais été apportée).

Ce résultat est dû en grande partie à l’immense attention et mobilisation autour de Troy Davis aux États-Unis et dans le monde.

Les salauds n’aiment pas qu’on les regarde…

Continuez à agir, à faire agir vos proches, à protester, à signer les pétitions et à lui envoyer des messages de soutien.

Le 9 octobre est le jour de son anniversaire. La veille de la Journée mondiale contre la peine de mort. Ça ne s’invente pas !

Je ne remets pas les liens vers les divers sites utiles : vous les trouverez ici.



mardi 23 septembre 2008

La Cimade dérange…

Filed under: Migrants, Politique, Société — Jean-Luc @ 21:13

Le 23 août dernier, au moment où tous les regards attentifs étaient braqués sur l’action du gouvernement (entre le retour de la plage et le dîner « homard », au soleil couchant, sur la terrasse) un décret a été publié, qui « ouvre » l’accès des centres de rétention administrative à qui veut… ou presque.

On pourrait s’en réjouir ! Enfin, voilà une mesure qui va dans le bon sens, en permettant une meilleure information sur ce qui se passe dans ces centres.

Eh bien non : ce décret est une atteinte aux droits des étrangers ; il s’agit là d’un croche-pied (le mot est faible !) de Hortefeux à la Cimade, organisation qui cherche à apporter de l’aide aux migrants, particulièrement détestée par le sinistre de l’immigration choisie et de l’identité nazionale, lui qui hait tout ce qui touche à la charité d’une part et aux migrants d’autre part.
En effet, les acteurs seront « sectorisés » : la Cimade, qui dénonce régulièrement les horreurs dont elle est témoin dans ces centres n’aura plus accès à tous les centres, certains étant « traités » (exclusivement) par d’autres associations (« une seule personne morale par centre ») ; en outre, les informations recueillies deviennent confidentielles et ne pourront plus être publiées. On pourra toujours constater que les prisonniers sont entassés à sept dans une cellule de 9 m2 et s’ouvrent les veines de désespoir, mais on n’aura plus le droit de le dire.

Entre cela et le fichier « Edvige qui a changé de nom mais on ne peut pas prononcer le nouveau nom et c’est tant mieux », on assiste la mise en place de la société que souhaite notre petit Nicolas : celle qu’il n’a pas réussi à installer quand il était encore place Beauvau.

Une société policière digne du meilleur Kafka, avec caméras à tous les étages, un flic derrière chaque individu soupçonné d’avoir des idées opposées au pouvoir à  la droite, des miradors et des barbelés, avions et navires de guerre tout au long de nos frontières, avec des militaires autorisés à tirer sur tout ce qui chercherait à entrer sur le sol sanctuarisé de la Mère Patrie.

Une société où la peur est partout, où l’on se cadenasse chez soi sans adresser la parole à quiconque de peur de se faire égorger (on le sait bien : la plupart des quiconques sont des égorgeurs en puissance, surtout quand ils vous adressent la parole sans vous avoir été présentés !), où l’alcool et le tabac sont interdits, la musique peut-être bientôt… tiens, cela me rappelle quelque chose… l’Iran des ayatollahs, peut-être, ou l’Afghanistan des taliban ?

Voici un texte que la Cimade publie à cette occasion :

Les 15 et 16 octobre, la France proposera au Conseil européen l’adoption d’un « pacte européen sur l’immigration et l’asile ». Ce projet, tout comme la directive « retour » adoptée en juin dernier, montre bien que la politique actuelle de l’Europe en matière d’immigration est avant tout défensive.

Dans ce contexte, la parole de la Cimade, qui intervient depuis plus de 25 ans dans les centres de rétention administrative, dérange… et c’est ainsi que la présence même d’associations dans ces centres est aujourd’hui profondément remise en question par les pouvoirs publics.

Les textes qui organisent cette mission viennent d’être modifiés. Ils ouvrent son exercice à toute « personne morale », procèdent à son émiettement en créant huit lots géographiques distincts et interdisent aux associations d’y répondre en concertation dans le cadre d’un groupement.

Innovation particulièrement choquante, ces textes veulent contraindre les associations à un devoir de neutralité et de confidentialité, interdisant de fait la fonction – fondamentale – de témoignage sur une question aussi sensible que celle du respect des droits humains.

Pour la Cimade, il est clair que cette décision, prise alors même que la qualité de son intervention dans ces centres a été reconnue et soulignée à de nombreuses reprises, est la conséquence directe de la liberté de parole et de témoignage dont elle a toujours fait preuve.

La Cimade dérange… sera-t-elle demain évincée ?

Surtout, ces mesures vont porter gravement atteinte aux droits des étrangers. Ceux-ci pourront désormais être arrêtés, enfermés et expulsés loin du regard de la société civile. Ils ne pourront plus, du fait de l’éclatement de la mission, bénéficier d’une expertise juridique nationale et seront soumis à un accompagnement variable.

Toutes ces mesures tendent à faire de la présence dans les centres de rétention une simple prestation de service, confiée à des opérateurs que l’on souhaite passifs et silencieux.

La Cimade doit répondre aux pouvoirs publics avant le 22 octobre prochain. Une assemblée générale extraordinaire sera organisée d’ici-là afin de déterminer la conduite à tenir. Quelle que soit la décision qui sera prise, nous devrons faire face à une réduction importante de nos ressources, tout en développant de nouveaux projets.

Quoi qu’il arrive, la Cimade ne renoncera pas à l’indépendance et à la liberté de parole héritées de ses 70 ans d’histoire. Elle poursuivra, en tout état de cause, son action de soutien, de solidarité et de défense des étrangers éloignés.

lundi 22 septembre 2008

Qui perd gagne

Filed under: Economie, Politique, Société — Jean-Luc @ 15:31

Quand je serai grand je ferai banquier…
Banquier ?
Ben oui ça gagne un max, avec les frais de tenue de compte, les intérêts à presque 20 %, juste un poil au-dessous du taux de l’usure, les agios pour découvert ou retard de remboursement, et tout ça.
— Oui mais banquier, ça gagne quand même pas tout le temps, il y a des banques qui font faillite !
— Meeeeeu non ! Si tu perds, l’État américain t’injecte 1 000 milliards de dollars, pour te remettre à flot et pour que le CACA40 remonte, et c’est reparti !
— 1 000 milliards de dollars ?!!! Mais d’où il sort tout ça
, l’État américain ?
— C’est pas sûr qu’ils existent réellement, les milliards de dollars. Si ça se trouve, c’est juste un ligne écrite sur un papier : « Je verse 1 000 milliards de dollars aux banques Machin et Truc », mais l’argent n’existe peut-être pas pour de vrai.
— Moi, si j’avais 1 000 milliards de dollars, je les distribuerais au milliard de gens les plus pauvres de la planète : ça ferait 1 000 dollars par tête pour ceux qui sont aujourd’hui sous-alimentés et qui crèvent de faim avec moins d’un dollar par jour.
— Oui mais toi, tu es un utopiste.
— Et alors ? Comme disait Théodore Monod : « L’utopie, ce n’est pas l’irréalisable, c’est l’irréalisé. »

dimanche 21 septembre 2008

Sainte EDVIRSP

Filed under: Politique, Société — Jean-Luc @ 19:07

Le fichier EDVIGE (Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale), remanié par MAM sur ordre du petit Nicolas, devient EDVIRSP (Exploitation documentaire et valorisation de l’information relative à la sécurité publique).
C’est pratiquement la seule modification qu’il subit.

Ce très mauvais choix de nom indique une forte baisse de l’inventivité et de la concentration des policiers, militaires et politiques qui choisissent les noms de ces… machins.

1– C’est un acronyme imprononçable, sauf éventuellement par un flic bourré, qui prononcerait peut-être approximativement, par erreur et avec le hoquet : « Edv…hirps » !

2– Je ne vois pas en quoi « relative à la sécurité publique » serait meilleur que « générale ».

3– Il n’existe pas de sainte Edvirsp, ce qui, en toute rigueur, devrait priver les opposants d’une occasion de faire la fête. Je rappelle néanmoins que la sainte Edwige est le 16 octobre, et que les opposants à « Edv…hirps » lui feront sa fête ce jour-là. Ça leur apprendra (au petit Nicolas, à MAM et à leurs copains) à donner, même provisoirement, un nom de sainte à un fichier militaro-fasciste. Faut pas mélanger l’Église et l’armée !

samedi 20 septembre 2008

Décryptage

Filed under: Economie, Société — Étiquettes : — Jean-Luc @ 10:38

Apprenez à suivre les cours de la Bourse sans le son, pour ne pas gêner vos voisins :

Le CACA40 vient de se casser la gueule.
Il s’est effondré de 8,65 %…

Le CACA40 est brutalement remonté de 9,27 % grâce à l’intervention énergique du gouvernement des États-Unis qui a « injecté » 1 000 milliards de dollars dans les banques américaines en perdition
(Mais où c’est qu’il a trouvé tout ça ?).

Et maintenant, un peu de travaux pratiques… C’est à vous !

(Merci au Monde pour ces très belles photos !)

vendredi 19 septembre 2008

Bonjour, bonsoir…

Filed under: Langue, Société — Jean-Luc @ 11:26

Bonjour, bonsoir…

Petits mots contractés, apparemment sans importance, mais qui donnent quand même de solides fondations aux bonnes relations humaines.
Bon jour. Bonne journée. Que votre journée soit bonne. Puissiez-vous passer une soirée agréable. Bénir (« dire du bien ») les prochaines heures de celui que l’on croise, c’est déjà renoncer à le maudire (
« dire du mal »), à lui dire : « Casse-toi pauv’ con, tu pues. » Cela fait partie des bonnes relations entre semblables, bien obligés de vivre ensemble, nécessaires pour que la vie soit vivable… Ce que l’on appelle la politesse, le savoir-vivre…

La vie dans les villes a fait perdre de vue l’importance de ces mots (on ne peut pas dire bonjour à tous les passants que l’on croise le matin dans les rues de Paris, sauf peut-être si l’on est témoin de Jéhovah). Mais on retrouve leur usage sur un GR désert, à 1 500 m d’altitude.

Peu à peu, ces dernières années, on a découpé le temps : bonne matinée, bonne fin d’après-midi. Bientôt peut-être « bon début de fin d’après-midi »…
Je ne vois pas l’intérêt de cette chirurgie extra-fine. Serait-ce qu’en souhaitant une bonne fin de matinée, on se désintéresse de l’après-midi ?

Et puis se développe, plus récemment encore, et peut-être sous l’influence des présentateurs de télé, le remplacement de « bon » par « beau » :
« Belle soirée sur France 2 » ; « Très belle journée à vous » ; « Belle année 2008 ».
Le bon n’a-t-il plus la cote ? Le beau serait-il devenu plus souhaitable que le bon ? Ou bien est-ce une simple coquetterie pour faire original ?

Comme dit très justement Alain Rey, la langue parlée est une langue vivante !

jeudi 18 septembre 2008

L’infarctus chez le porc

Filed under: Migrants, Politique, Société — Jean-Luc @ 11:12

La Tour d’argent a été pacifiquement occupée par des sans-papiers qui demandent leur régularisation !…
Banal.
Il est naturel que les pauvres les plus exploités de France viennent râler à l’endroit le plus chic de Paris, où se retrouvent les plus riches exploiteurs de France. C’est même un excellent choix !

Mais… cinq d’entre eux sont des employés de la Tour d’argent !
Ah ben voilà autre chose…

Pour se justifier, la direction prétend qu’elle ne savait pas.

C’est une mauvaise justification :
D’une part, ils auraient pu vérifier convenablement les papiers des gens qu’ils embauchaient.

D’autre part on aurait préféré une justification du genre : « Oui, ils sont sans papiers, et on le savait. Et alors ? Il faut bien venir en aide à ces malheureux ! »
Là, on aurait pu être de tout cœur avec eux (je parle de la direction)…

Mais l’aide, du côté de la Tour d’argent, on ne doit pas trop savoir ce que c’est.
L’important est de gagner un maximum de fric en employant des miséreux au salaire le plus bas possible, tout en faisant payer plein pot ces salauds de riches qui viennent préparer leur infarctus en se goinfrant comme des porcs !

Older Posts »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :