Entendre

dimanche 6 avril 2008

Fin de vie, soins palliatifs et euthanasie

Filed under: Société — Étiquettes : — Jean-Luc @ 16:52

Marie de Hennezel est l’auteur d’un rapport sur les soins palliatifs en France, demandé par Philippe Douste-Blazy il y a plus de trois ans, remis fin 2007 à Roselyne Bachelot, qui l’a enterré jusqu’à ce que Chantal Sébire provoque un peu de remue-ménage sur le sujet de la fin de vie.

Un récent article du Monde signale quelques considérations intéressantes de cette psychologue, spécialiste de la fin de vie :

Marie de Hennezel fait valoir que la majorité des médecins et des soignants […] n’est pas en faveur d’une modification du code pénal. « Ils sont conscients des dérives possibles d’une loi qui ouvrirait à la possibilité d’éliminer ceux qui nous dérangent, peut-on lire dans le rapport de Mme de Hennezel. Cette tentation existe déjà chez nos voisins des Pays-Bas et de Belgique, puisqu’on envisage déjà d’étendre l’euthanasie aux grands dépressifs et aux déments. Pourquoi serions-nous mieux prémunis que nos voisins ? »


Je recommande également la lecture d’un autre article (du Monde d’hier) concernant l’euthanasie, et que j’ai trouvé très intéressant :


Le dilemme sans fin de l’euthanasie

LE MONDE | 05.04.08
© Le Monde.fr

Publicités

2 commentaires »

  1. Il faut distinguer l’euthanasie (donner la mort à un tiers qui la demande), le meurtre (donner la mort à un tiers qui ne demande qu’à vivre), le suicide (se donner la mort), le suicide assisté (se donner la mort avec l’aide d’un tiers, ce qui est très différent de l’euthanasie) et le laisser mourir des personnes qui ne peuvent plus vivre. Tant qu’on n’a pas fait ces distinctions, beaucoup de nos raisonnements sont erronés.

    Commentaire par pmrb — mercredi 29 octobre 2008 @ 11:31

  2. Je suis plutôt d’accord avec ces distinctions mais je pense que les limites sont mal définies…
    Le suicide assisté et l’euthanasie se rapprochent lorsque celui qui demande n’a plus les moyens physiques d’agir. Le suicide et le suicide assisté peuvent être très proches, si l’assistance est discrète et légère. L’euthanasie se rapproche du meurtre lorsqu’on pousse un peu trop le demandeur à demander.

    Je pense que c’est à cette dernière « confusion » qu’est due la réticence de M. De Hennezel, et je la suis volontiers. Comment savoir, après la mort de cette petite vieille en phase terminale de cancer, si c’est bien elle qui a exigé de mourir ou si ses héritiers ne l’ont pas habilement persuadée que sa vie ne valait plus d’être vécue, pour pouvoir bénéficier plus rapidement de l’héritage ?
    Légaliser l’euthanasie est, à mon avis, la porte ouverte à toutes les dérives d’ « eugénisme » dont M. de Hennezel dénonce la tentation chez nos voisins qui ont légalisé l’euthanasie.

    Voir aussi https://entendre.wordpress.com/2008/03/28/euthanasie-2/
    et https://entendre.wordpress.com/2008/03/20/chantal-sebire-est-morte/

    Commentaire par Jean-Luc — jeudi 30 octobre 2008 @ 0:24


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :